De nombreux employés de Google ont signé une lettre adressée au PDG d’Alphabet, Sundar Pichai afin de réclamer l’arrêt du projet Maven.

Pour rappel, le projet Maven consiste en une collaboration entre la firme américaine et le Pentagone. Si peu de détails sont publics, l’on sait néanmoins que Google aide l’entité américaine à développer une intelligence artificielle destinée aux drones. Grâce à la technologie baptisée TensorFlow, le Pentagone peut améliorer ses analyses des images et vidéos prises par drones. Lorsque le projet a été révélé en mars, plusieurs employés s’opposaient déjà à un tel partenariat, en raison du fait que les finalités de la technologie sont inconnues. Surtout, elle pourrait très bien être utilisée en temps de guerre. À l’époque, Google avait déjà tenté de rassurer en indiquant que les usages de ces outils seraient « non offensifs ». La compagnie avait également précisé le but de sa technologie, soit « signaler des images destinées à être ensuite examinées par des opérateurs humains dans le but de sauver des vies ainsi que de rendre moins fastidieux le travail des opérateurs ». Néanmoins, cette prise de position semble largement insuffisante pour beaucoup.

Signée par 3100 employés de Google, la lettre publiée par le New York Times réclame l’arrêt total de la collaboration. De fait, tous refusent que la technologie en développement soit exploitée à des fins militaires et indiquent : « Nous estimons que Google ne doit pas être impliqué dans le business de la guerre ». Si la lettre commence par cette injonction, elle continue avec cette autre requête des signataires qui souhaite que la firme « mette en place une politique claire certifiant que ni Google, ni ses sous-traitants ne développeront de technologie de guerre ».

La dernière phrase de la lettre sonne comme un rappel aux fondations même de Google et de sa première devise : « Ne soyez pas malveillants ».

Actuellement, la direction n’a pas répondu publiquement aux requêtes des employés.

Source.