Dans un billet partagé sur le blog de Google, le PDG Sundar Pichai a annoncé les moyens par lesquels la firme souhaitait parier « sur la France et les talents français ».

Après avoir rencontré le président français Emmanuel Macron, Sundar Pichai a listé trois points importants sur lesquels Google souhaitait travailler aux cotés de la France.

Dans un premier temps, la firme a annoncé qu’elle allait agrandir ses bureaux parisiens, mais aussi « augmenter ses effectifs de 50% ». De ce fait, 6000 mètres carrés de bureaux supplémentaires seront ajoutés dans le prolongement des 6000 déjà existants.

Puis, la filiale d’Alphabet a indiqué qu’elle souhaitait créer un nouveau centre de recherche consacré à l’intelligence artificielle. La firme a précisé que tout les travaux du centre seraient publiés et le code open-source. Pour sa part, Facebook avait déjà créé un espace à Paris en 2015. D’ailleurs, le réseau social a indiqué qu’il allait investir 10 millions de plus afin de pouvoir soutenir 40 doctorants et non 10. Cela permettra aussi de doubler l’équipe de chercheurs et d’ingénieurs, qui passera ainsi de 30 à 60 personnes. Pour sa part, Google n’a pas donné plus de détails quand à ce nouveau projet parisien.

Concernant le dernier point, il porte sur la formation en France. Google souhaite ouvrir 4 espaces dédiés aux « Ateliers Numériques Google ». Avec pour objectif de former 100 000 personnes par an, l’entreprise américaine souhaite former et faire découvrir le numérique à un large panel de personnes. Les ateliers seront organisés avec un réseau de partenaires tandis que des équipes dédiées seront chargées de l’organisation. De ce fait, Google explique vouloir « faciliter l’accès à l’emploi des étudiants, sensibiliser les familles à un usage sécurisé d’Internet, initier les plus jeunes au code informatique ou encore contribuer au développement en ligne de l’activité commerciale des PME ». Le projet pilote sera lancé en Bretagne avec l’ouverture d’un premier hub à Rennes. L’inauguration des 3 autres espaces se feront dans les mois suivant l’ouverture du premier espace.

TechCrunch rapporte à raison que les projets de Google ne sont pas si innocents qu’ils semblent l’être. Durant les années précédentes, la firme américaine a reçu une amende de 1,3 milliard de dollars en raison d’un manque de conformité. Si l’amende a été annulée en juillet 2017, il n’empêche que Google a tout intérêt à embaucher et à former en France. De quoi maintenir une pression sur le gouvernement français.

Source : Engadget