Ces derniers jours nous vous annoncions que le projet Hyperloop allait s’installer à Toulouse et en République Tchèque, mais il s’agirait de ne pas mettre la charrue (l’Hyperloop ici) avant les bœufs et de trouver d’abord le bon modèle de navette.

Dans cette optique, SpaceX a mis à contribution les ingénieurs des plus grandes universités du monde dans un concours international. Résultat : 115 projets se sont affrontés au début de l’année 2016, 30 de ces projets ont été retenus pour la finale qui a eu lieu la semaine dernière.
Les capsules ont été éprouvées à l’air libre et dans une chambre sous vide. Seuls 3 projets ont pu bénéficier d’un essai final sur le tunnel Hyperloop de SpaceX. Les 3 capsules finalistes de l’Hyperloop Pod Competition sont celles de l’université technologique de Delft (Pays-Bas), l’université technique de Munich (Allemagne) et du MIT (États-Unis).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=PMd_QGmmkgY]

Le prototype de l’université de Delft a été le mieux noté et a su attirer l’attention par son design et sa conception. Le prototype de l’université de Munich, lui, a su faire la différence en misant sur sa vélocité avec une vitesse de pointe de 94 km/h. En matière de sécurité et de fiabilité la capsule du MIT a eu la meilleur note.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, l’entreprise du magnat Elon Musk a annoncé une seconde édition de l’Hyperloop Pod Competition qui aura lieu cet été et qui se focalisera sur la vitesse. En effet, n’oublions pas que l’Hyperloop doit atteindre la vitesse maximale de 1126 km/h ! Les trois finalistes devront donc remettre le bleu de travail pour améliorer leurs modèles car de nouvelles équipes rentreront dans la course.

S’agirait d’aller vite au sens propre comme au figuré, parce qu’on a hâte nous !

Source.