Dans la série « on ne sait pas ce que c’est, mais on l’utilise tous », j’appelle: Le Cloud ! « Le cloud, mais qu’est-ce que c’est ? » Aujourd’hui, ce terme n’est pas compris par la plupart de la population. Le Français lambda ne sait pas vraiment de quoi il s’agit. Il y a quelques mois, un sondage aux Etats-Unis révélait que 28% des Américains pensaient que le cloud est un vrai nuage (no comment …). Dans le même style, The Guardian qui signalait à ses lecteurs que le cloud n’est pas un vrai nuage … Et pourtant, le cloud a déjà révolutionné notre consommation et, parfois, notre quotidien.

Daily Mail iCloud

 

Une révolution culturelle

Netflix, Google, Apple, trois grands acteurs du numérique, tous engagés dans la TV connectée. Tous ont introduit le cloud dans notre quotidien. Car aujourd’hui, plus besoin d’aller louer un DVD pour voir un film. On prend notre télécommande, et en trois étapes le film apparaît sur notre télévision (on s’en aperçoit pas, mais il y a quelques années ça paraissait comme de la science fiction). Ce film, on peut l’arrêter, le reprendre sur sa tablette, l’arrêter, le reprendre sur sa TV, puis le terminer sur son smartphone. Grâce à qui ? Au cloud évidemment !

Amazon_Kindle_Paperwhite_2013_35827154_09

Dans le domaine de la culture, un autre acteur a révolutionné notre manière de consommer : Le géant Amazon évidemment. La consommation de livres par exemple. On peut, depuis notre Kindle, acheter un livre, le voir apparaître dans sa Kindle, puis passer à une meilleure Kindle, et récupérer les livres de sa précédente tablette.

Pour la musique, si iTunes est un système quand même très fermé sur lui-même, il a ridiculisé l’ancêtre du C.D.. Le C.D. vous savez ? Ce disque que vous achetiez, qui n’était compatible que sur certains lecteurs, que vous deviez transporter pour transporter vos musiques, puis qui se rayait. Aujourd’hui, bien que les puristes me diront que le format MP3 a totalement anéanti la qualité du son, le format numérique a permis d’avoir un accès total à ses musiques. Peu importe où nous sommes, et peu importe quel produit Apple nous utilisons. Une connexion à notre compte iTunes et le tour est joué !

 

Et à part ça …

A part ça, le cloud vous l’utilisez via Instagram. Vous l’utilisez probablement pour ranger des dossiers dans Dropbox. Bref, le cloud est désormais partout ! Et pourtant, ce n’est pas tout récent. En effet, si aujourd’hui le cloud est un mot à la mode, que l’on pourrait rattacher directement à l’univers des start-up et de la mobilité culturelle et numérique, le terme a tout de même plus de 20 ans.

A l’époque, les ingénieurs appelaient le “cloud” toutes les infrastructures réseaux qui sortaient du cadre de l’Entreprise. En fait, le cloud était l’internet global, tout ce qui n’était pas compris dans les serveurs internes d’une société. Et puis, déjà à l’époque, les ingénieurs avaient compris que ce terme ne parlait pas à grand monde, et qu’il éloignait encore plus Internet, de la vraie vie.

D’ailleurs, dés 1996, une entreprise du nom de “Net Centric” proposait un service inédit, à savoir vendre de l’espace de stockage en ligne aux Fournisseurs d’Accès Internet. Dans le cadre du cloud que l’on connaît actuellement, “Net Centric” a été un véritable prescripteur …

Eric-Schmidt-007

Et l’idée a été véritablement relancée par qui ? Je vous le donne dans le mille, par Google évidemment et Eric Schmidt en 2006, lors d’une conférence. C’est lui qui remis à la mode le “cloud” et son utilisation auprès d’internautes lambda.

 

Désormais, une question se pose …

A force d’utiliser ces services, souvent gratuits ou en freemium, on en vient à oublier que l’on passe un contrat avec une entreprise privée (via les Conditions Générales de Vente). Et que, le fait de passer par une entreprise privée, fait que nous sommes dépendants de quelqu’un … Je vais peut-être un peu casser l’ambiance, mais que deviendront vos données si Facebook fermait demain ? Vos photos, vos vidéos. Ou si Dropbox fermait demain, toutes vos données seraient-elles perdues ? On sait que le sujet est assez délicat dans le cloud. Les principaux services acceptent désormais de léguer, et de transmettre, vos bibliothèques musicales, photos, etc en cas de décès. Mais que se passerait-il dans l’autre sens ? Si l’entreprise prestataire de service meure ? On préfère probablement ne pas se poser la question !