Le 22 mars 2022, le FBI a publié son rapport annuel sur l'état de la cybercriminalité dans le monde. On peut lire dans cette étude que les crimes sur Internet auront coûté 6,3 milliards d'euros (6,9 milliards de dollars) en 2021. C'est 2 milliards d'euros de plus qu'en 2020.

Une augmentation de +81% par rapport à 2019

Au total, le rapport a recensé 847 376 plaintes pour « crimes sur Internet » en 2021. Selon le FBI, cela représente une augmentation de 7% par rapport à 2020, mais un bond vertigineux de 81% par rapport à 2019. Trois principaux types de crimes ont été signalés : les escroqueries par hameçonnage, le non-paiement/non-livraison et les violations de données personnelles. Au fil des années, les cybercriminels se professionnalisent et peaufinent leurs méthodes.

Il y a quelques semaines, le Crypto Crime Report 2022, faisait un état des lieux des ransomwares en 2021. La société estime qu'au cours de l'année qui vient de s'écouler, 652 millions d'euros ont été versés en guise de rançons (dont 582 millions d'euros en cryptomonnaies), après une attaque par ransomware. Une goutte d'eau sur les 6,3 milliards d'euros perdus par les victimes des cybercriminels en 2021, mais quand même. Le FBI explique que ce pic depuis deux ans a un lien direct avec la pandémie de Covid-19.

La cybercriminalité en hausse avec le Covid-19

L'augmentation du travail à domicile et des réunions virtuelles a contribué à cette augmentation de la cybercriminalité. En 2020, le FBI avait même reçu 28 500 plaintes concernant des activités criminelles sur Internet spécifiquement liées au Covid-19. Même si nous sommes vraisemblablement en sortie de crise pandémique, le FBI estime que la cybercriminalité pourrait continuer à augmenter. En 2021, le FBI dénombre 3 729 plaintes au sujet de ransomwares et une perte de 44,2 millions d'euros.

Certains secteurs sont plus touchés que d'autres. Les plus touchés sont la santé, les services financiers, les services technologiques, les infrastructures gouvernementales. Les moins touchés sont le secteurs de l'énergie, le services d'urgence et les infrastructures de défense. Dans les faits, cela représente 2 300 plaintes en moyenne au quotidien. Le FBI donne également quelques détails sur le portrait robot des victimes. Les personnes âgées de 60 ans et + sont les plus touchées (92 371 victimes et un total de 1,5 milliard d'euros perdus). Le Canada, l'Inde, l'Australie et la France sont les quatre pays les plus touchés.