Alors que les élections présidentielles américaines approchent, les géants du numérique sont sur le pied de guerre pour combattre la propagation des fake news. Microsoft vient justement de dévoiler un nouvel outil baptisé Video Authenticator capable d’identifier des deepfakes.

Repérer ce que l’œil humain ne peut pas

Le deepfake est une technologie de trucage récente utilisant l’intelligence artificielle afin d’altérer des documents audio ou vidéo. Il permet ainsi de faire dire n’importe quoi à n’importe qui comme en témoigne cette vidéo de Barack Obama ci-dessous :

Les conséquences d’un deepfake créé par une personne malintentionnée pourraient être dramatiques. C’est pourquoi les géants du Web, à l’image de Facebook et d’Alphabet, la maison-mère de Google, travaillent sur des outils capables de les reconnaître. C’est désormais au tour de Microsoft de présenter son dispositif de détection de deepfakes. Celui-ci devrait être utilisé par des médias ainsi que des organisations politiques.

Le Video Authenticator peut identifier les caractéristiques propres aux deepfakes qui sont très difficiles à percevoir par l’œil humain comme la limitation profonde. En plus de cela, Microsoft a dévoilé un second outil qui va permettre aux créateurs de vidéo de certifier l’authenticité de leurs contenus. Il sera aussi disponible sous forme d’extension afin de garantir aux internautes que la vidéo qu’ils regardent n’a pas été manipulée.

Le deepfake a un bel avenir devant lui

Le développement de tels outils est d’un enjeu capital. Dans son communiqué, Microsoft explique qu’une étude de l’université de Princeton a identifié « 96 campagnes d’influence étrangères distinctes ciblant 30 pays entre 2013 et 2019 ». La firme de Redmond ajoute que « ces campagnes, menées sur les médias sociaux, visaient à diffamer des personnalités, à persuader le public ou à polariser les débats »… et malgré l’efficacité de son nouvel outil, l’entreprise se montre pessimiste quant à l’avenir des deepfakes :

« Le fait qu’ils soient générés par une IA qui continue toujours à apprendre rend inévitable qu’ils battent les technologies de détection conventionnelles. Toutefois, à court terme, comme lors des prochaines élections américaines, les technologies de détection avancées peuvent être un outil utile pour aider les utilisateurs avertis à identifier les fakes ».

En plus de son outil qui va prochainement être testé par plusieurs médias, Microsoft a annoncé des partenariats destinés à combattre la désinformation. L’un d’entre eux, par exemple, vise à éduquer sur les organes de presse pour que les citoyens soient plus à même de débusquer des fake news.