L’entreprise Surfshark vient de publier pour la deuxième année consécutive son index « Digital Quality of Life » qui établit un classement mondial sur le bien-être numérique. Surprise : cette année, la France se hisse à la 4e position, sur un total de 85 pays analysés.

La France s’en tire avec les honneurs…

Pour établir ce classement, le distributeur de VPN Surfshark s’est appuyé sur cinq indicateurs différents : l’accessibilité d’Internet, la qualité du réseau, les infrastructures numériques, la cybersécurité et l’administration électronique. Au total, ce sont 85 pays différents qui ont été analysés, représentant ainsi 81% de la population mondiale.

Le pays qui remporte la première place de ce classement avec la meilleure vie numérique au monde est le Danemark. S’en suit en deuxième position la Suède, et le Canada vient clôturer le podium. Loin de se montrer mauvaise perdante, la France se hisse à la quatrième place du classement. Le TOP 10 se poursuit avec, dans l’ordre, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Israël, le Japon et la Pologne.

Surfshark précise : « 7 des 10 pays ayant le DQL le plus élevé se trouvent en Europe, ce qui reflète un fort développement dans la majorité des aspects qui influencent la qualité de vie des gens dans ces pays« . Notons également que les pays nordiques sont particulièrement bien classés. Selon le fournisseur de VPN, ces derniers « excellent pour offrir une vie numérique de haute qualité à leurs citoyens« .

… Et se montre particulièrement efficace en terme de cybersécurité

En rentrant davantage dans le détail, Surfshark a découvert que la France se démarquait tout particulièrement dans le domaine de la cybersécurité, où elle se place en seconde position, juste après le Royaume-Uni qui, en 2018 déjà, mettait en place une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros pour les entreprises ayant une cybersécurité défaillante.

En revanche, en terme d’infrastructures numériques, la France fait figure de mauvaise élève puisqu’elle n’apparaît même pas dans le TOP 10. Même constat pour la stabilité de son réseau qui est considérée comme « pauvre », faisant ainsi de ce critère le plus grand point faible de l’hexagone. En terme d’accessibilité, la France se place en 6e position, juste après l’Iran. Enfin, en ce qui concerne l’administration électronique, là encore, l’hexagone est placée 6e. Dans ce domaine, c’est Singapour qui se montre le plus exemplaire en se plaçant en tête du classement.

Si la France compte encore de nombreux points d’amélioration, ce classement nous permet de réaliser qu’elle est aussi, globalement, plutôt bien servie en ce qui concerne Internet et la vie numérique.