Le gouvernement américain entend bien fermer encore un peu plus ses frontières. En effet, comme le précise The Hill, le pays vient d’annoncer que dorénavant, les personnes souhaitant voyager aux États-Unis devront partager leurs médias sociaux avec le gouvernement, durant cinq années. C’est ce que nous pourrions appeler l’effet Trump.

Un projet de loi allant dans ce sens avait déjà été proposé en mars 2018. C’est officiel : pratiquement tous les ressortissants étrangers, désireux d’obtenir un visa devront fournir le nom de leurs comptes sur les réseaux sociaux. Le gouvernement américain veut renforcer la sécurité de son pays et n’hésite plus à mettre en place des mesures drastiques pour y parvenir. Les voyageurs devront aussi fournir leur adresse e-mail ainsi que leur numéro de téléphone, en plus de toutes les informations classiques.

Le ministère des Affaires Étrangères américain précise cela : “le ministère a adapté son formulaire de demande de visas, pour obtenir des informations complémentaires de la part des demandeurs. Nous souhaitons renforcer les contrôles à l’entrée de nos frontières pour plus de vigilance”. Chaque année, 15 millions de voyageurs demandent un visa pour les États-Unis. Ils devront désormais partager leurs réseaux sociaux privés avec le gouvernement, pour être acceptés sur le territoire.

Les États-Unis promettent qu’avec cette mesure, ils pourront renforcer la sécurité intérieure du pays et éviter de nouvelles tueries liées au terrorisme, notamment. Cela ne fait aucun doute, cette mesure va clairement affecter notre vie privée. Nous pouvons imaginer que d’autres pays emboîtent le pas aux États-Unis. Certains touristes pourraient ne pas vouloir partager leur vie avec le gouvernement américain, et c’est tout à fait compréhensible. Pourtant il s’agit désormais d’une obligation, que nous le voulions ou non.