Alors qu’il y a quelques jours, OpenAI présentait Neural MMO, un nouvel environnement dédié à l’entraînement des intelligences artificielles au RPG en ligne, la société vient d’annoncer qu’elle passait d’un modèle juridique non lucratif à un modèle à “but lucratif plafonné”. Concrètement, qu’est ce que cela va changer ? L’entreprise admet qu’il était peu probable qu’elle recueille les fonds nécessaires pour atteindre ses objectifs en fonctionnant comme une organisation à but non lucratif. De fait, OpenAI créé OpenAI LP (Limited Partnership et non pas Limited Profit) et espère bien attirer de nouveaux capitaux avec cette nouvelle formule.

Dans un billet de blog, OpenAI a expliqué les raisons de cette décision : “nous devrons investir des milliards de dollars dans les années à venir dans le cloud computing à grande échelle, afin d’attirer et de fidéliser des personnes talentueuses et de construire des supercalculateurs d’intelligence artificielle. De plus, nous voulons accroître notre capacité à mobiliser des capitaux tout en poursuivant notre mission. Jusqu’à aujourd’hui, aucune structure juridique existante ne nous permet d’atteindre le juste équilibre. Notre idée est de créer OpenAI LP une forme hybride : une société à but lucratif et une autre à but non lucratif, nous appelons cette formule une société à but lucratif plafonné”.

OpenAI devient une société à but lucratif plafonné.

Aujourd’hui, OpenAI est en concurrence directe avec Google et Amazon. Ces deux autres spécialistes de l’intelligence artificielle et du cloud computing ont énormément de ressources. Pour cela, OpenAI pense qu’il est indispensable qu’elle génère, elle aussi, plus de revenus. Pourtant, à l’époque du lancement de la société, en 2015, les fondateurs déclaraient cela : “notre objectif est de faire progresser l’intelligence artificielle de la manière la plus susceptible de profiter à l’humanité dans son ensemble, sans être contrainte par la nécessité de générer un rendement financier”. La réalité capitaliste a fait son effet sur le discours des fondateurs d’OpenAI. Comme le précise l’un des co-fondateurs d’OpenAI, Ilya Sutskever : “il n’y a aucun moyen de rester à la pointe de la recherche en IA, sans augmenter massivement notre investissement informatique”.