Retail

Amazon : des commerçants indiens tentent de placer leur ville sur liste noire

Des commerçants d'une ville en Inde, essaient de se débarrasser de la concurrence déloyale d'Amazon en passant de fausses commandes. Le but est de faire mettre leur ville sur la liste noire du géant du e-commerce.

Nous sommes en 2018 après Jésus-Christ. Toute la planète est occupée par Amazon… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles indiens, résiste encore et toujours à l’envahisseur. Des commerçants d’Ulhasnagar, proche de Mumbai, ont décidé de lutter contre la concurrence déloyale d’Amazon. Selon le Times of India, les marchands ont décidé de passer de fausses commandes afin que leur ville soit mise sur liste noire.

Les commerçants accusent le géant du e-commerce d’être à l’origine d’une baisse importante de leur chiffre d’affaires. Certains auraient ainsi déclaré une perte de 35% à 45% de leurs revenus annuels à cause de la concurrence déloyale d’Amazon. Le géant américain propose des prix beaucoup trop bas pour que les locaux puissent rivaliser. Alors que l’Inde est en pleine période de festivités avec notamment le festival Devali, une des fêtes les plus importantes pour le pays, les commerçants locaux ont décidé d’agir.

Les propriétaires de commerces espèrent faire placer leur ville sur liste noire, à savoir la bannir de la zone géographique de livraison d’Amazon. Ils se basent pour cela sur les règles d’Amazon qui blacklist les acheteurs qui fraudent ou abusent de la plateforme. Le but étant ici, de faire bannir la ville entière. Les membres de l’association ont donc passé de nombreuses commandes en gros, avant de les annuler une fois la livraison débutée et à mi-chemin. Le stratagème mis en place par les commerçants tient dans le fait que dès lors qu’un nombre important de commandes a été annulé, et ce pour une même destination, le lieu est automatiquement mis sur liste noire.

Ce n’est pas la première fois qu’une ville indienne utilise cette stratégie. Amazon explique même qu’il s’agit d’une pratique courante dans les zones rurales et semi-urbaine. reste maintenant à savoir si les commerçants réussiront leur coup !

Send this to a friend