Suite à l’accident mortel qui a eu lieu il y a quelques mois, Uber a licencié tous ses employés qui travaillaient sur ses véhicules autonomes à Pittsburgh.

Lors d’une réunion qui s’est tenu 11 juillet, Uber a indiqué qu’il mettait fin au contrat le liant à une centaine d’opérateurs qui travaillaient dans la ville de Pittsburgh. La firme a tenu à préciser qu’il pourrait postuler à d’autres postes au sein de la société, sans qu’un nouveau contrat leur soit forcément assuré. À la place de ces opérateurs chargés de surveiller les véhicules lors de la conduite, la société travaille au recrutement d’une cinquantaine de « spécialistes de mission ». Ces derniers seront chargés de faire des retours plus techniques aux concepteurs en charge des voitures.

Pour rappel, la société a pris la décision de suspendre ses essais après qu’un de ses véhicules ait percuté et tué un piéton dans la ville de Temple, au mois de mars. Selon le rapport des autorités, l’opératrice qui était à bord du véhicule était en train de regarder une émission télévisée sur son smartphone lorsque l’accident a eu lieu. Par conséquent, Uber a suspendu ses tests et s’est retiré de l’État de Californie, licenciant quelque 300 personnes qui travaillaient opérateurs. Lors de sa déclaration, un porte-parole a déclaré à Quartz : « Notre équipe reste engagée dans la construction d’une technologie de conduite autonome sécuritaire, et nous avons hâte de retourner sur les routes publiques dans les mois à venir ».

Malgré tout, le maire de Pittsburgh ne semble pas prêt pour autant à accueillir une nouvelle fois Uber sur ses routes. Si Bill Peduto avait soutenu le projet à ses débuts, il a ensuite accusé la firme de ne pas le tenir au courant de ses projets. Le maire s’est également inquiété de l’accident impliquant un des véhicules de la société. Pour sa part, Uber a indiqué qu’il avait pourtant transmis des informations aux personnes concernées au fur et à mesure de ses avancées.