Alors que pendant des années, l’Europe a quelque peu boudé le commerce électronique, les chiffres de 2017 et les projections pour 2018 indiquent que les ventes en ligne décollent ! Cela représente un chiffre d’affaires de 93,2 milliards d’euros rien que pour la France.

D’après Internet Retailing, 2018 s’annonce tout aussi florissante en termes de progression des ventes en ligne et cela représenteraient quasiment un doublement du marché du commerce électronique, qui n’était que 307 milliards d’euros en 2013. L’Europe de l’Ouest tire son épingle du jeu en se montrant particulièrement active lorsqu’il est question de réaliser des achats sur des sites e-commerce. Pour cette zone, le total de ces ventes en ligne représente 68% du chiffre d’affaires généré. D’ailleurs, le Royaume-Uni est de loin, l’acteur le plus important de ce marché, avec près de 178 milliards d’euros dépensés chaque année. De plus, il semblerait qu’environ un tiers des transactions aient été réalisées sur Amazon.

Christian Verschueren, directeur général d’EuroCommerce, a déclaré : « ces chiffres montrent à quel point le rôle croissant des ventes en ligne est à la fois le moteur et la réponse aux changements dans les comportements d’achat des consommateurs. Si nous investissons davantage dans l’infrastructure de communication et de logistique, dont le commerce électronique a besoin pour fonctionner efficacement, nous continuerons à préconiser un régime réglementaire, qui crée les conditions propices à la croissance de tous les canaux de vente et aide l’UE est en concurrence mondiale dans l’innovation dans le commerce de détail. » Pourtant, le gouvernement français envisagerait de mettre en place une nouvelle taxe sur les achats réalisés sur  internet. Reste à savoir si cela aura un impact, ou non, sur le volume des ventes en ligne…

Source