Études Tendances

Étude : les femmes entrepreneuses toujours confrontées à des obstacles d’investissement

On avance mais trop doucement

À l’occasion de la Journée de la Femme Digitale qui aura lieu le 17 avril prochain, Facebook partenaire de l’évènement partage des chiffres clés sur l’impact des femmes sur le marché du travail.

En collaboration avec l’OCDE et la Banque mondiale, un rapport s’intéressant à environ 32 petites et moyennes entreprises dans 42 pays confirme que les femmes sont toujours limitées dans l’accès au financement pour leurs entreprises.

Dans un premier temps, on découvre que les femmes entrepreneuses sont le plus présentes en Amérique du Nord (47 %) et en Europe (38 %). En Asie, elles sont seulement une sur quatre.

De plus, alors que 70 % des hommes et des femmes utilisent leurs économies personnelles pour financer leurs entreprises, les femmes sont nettement moins susceptibles de financer leur entreprise avec un prêt bancaire ou un capital risque.

Dans le détail, les femmes sont :

  • « 6 points de pourcentage moins susceptibles d’avoir eu recours à un prêt bancaire »
  • « 5 points de pourcentage moins susceptibles de compter sur le financement d’amis »
  • « 3 points de pourcentage moins susceptibles d’avoir eu accès au capital-risque »

L’apport financier du conjoint est également important dans le monde. Néanmoins, moins de 10 % des femmes dirigeantes citent ce moyen comme financement pour leurs entreprises.

En ce qui concerne les industries, les femmes créent principalement des entreprises dans le secteur des services à la personne, et sont moins présentes dans le secteur des technologies et des médias, comparé aux hommes. Les femmes chef d’entreprises de service à la personne et de commerce de détail ont une probabilité 7 à 10 % moins élevée que les hommes de bénéficier d’un prêt. 

En ce qui concerne l’entreprise elle-même, celles appartenant aux femmes « ont un nombre d’employé(e)s médian égal à une personne, comparativement aux entreprises appartenant à des hommes, qui ont un nombre d’employé(e)s médian égal à trois ».

De plus, les femmes sont « 10% plus susceptibles de diriger des entreprises créées il y a moins de trois ans contrairement à des entreprises âgées d’au moins 4,5 ans pour les hommes. »

Send this to a friend