Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé pour l’année scolaire 2016-2017 la création d’un service gratuit dédié à l’attestation numérique des diplômes. Retour sur une initiative qui pourrait modifier les comportements en matière de recrutement.

Cette mesure annoncée le 21 janvier dernier ne rime pas pour autant avec la fin des traditionnels diplômes « papier filigrané » qui seront toujours délivrés après obtention. En plus du précieux sésame, le diplômé se verra remettre des identifiants et un lien internet. Avec l’accord du candidat, un recruteur pourra donc aisément vérifier l’authenticité de la candidature qui lui a été soumise en consultant la plateforme numérique dédiée. Il faut savoir  que d’après une étude indépendante, 75% des CV sont trompeurs alors même que 2/3 des employeurs ne procèdent à aucun contrôle des informations avancées par le candidat.

Des économies pour l’administration

Autre avantage : la démarche pour obtenir l’attestation d’un diplôme sera grandement simplifiée car disponible en quelques clics. Un diplôme d’Etat ne pouvant être délivré qu’une fois à son titulaire, seule une attestation d’obtention peut être demandée en cas de perte. Et c’est là que le bât blesse, car 80 000 demandes d’attestations sont effectuées chaque année, le plus souvent car le précieux document a été égaré. Cette numérisation des diplômes – une première en Europe – représenterait donc également une économie non négligeable pour l’administration.

De nouveaux usages sur les réseaux sociaux professionnels ?

Outre le gain de temps pour obtenir une attestation et la mise hors course des fraudeurs, cette dématérialisation permettra quelques usages nouveaux aux candidats sur le tortueux chemin de la recherche d’emploi. Le fonctionnement des réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadéo est en grande partie basé sur le déclaratif, rien ne certifiant les informations que les recruteurs peuvent y trouver. Cela incite même parfois certains utilisateurs à « gonfler » leur profil, grisés par la distance que leur procure internet. En liant ces attestations numériques à leurs réseaux sociaux professionnels, les candidats pourraient y gagner en crédibilité.

Qui est concerné ?

Tous les titulaires de diplômes nationaux visés par l’Etat et/ou conférant un grade universitaire sont concernés. Cela va du brevet des collèges, au master en passant par le baccalauréat et le CAP. Cette initiative concerne donc environ 2,1 millions de diplômes par an et sera étendue rétroactivement aux quelque 25 millions de diplômes délivrés ces quinze dernières années.

Si cette mesure présente un grand nombre d’avantages, quelques interrogations perdurent. Les individus dont les diplômes ont été obtenus il y a plus de quinze ans ne seront-ils pas stigmatisés lors de leur recherche d’emploi ? En effet, ils ne pourront pas prouver l’authenticité de leurs diplômes aussi aisément que leurs cadets ce qui représentera une perte de temps pour les recruteurs. D’autre part, se pose aussi la question de la protection des données et de la confidentialité. A l’heure du big data, certains services en ligne réputés inviolables présentent des failles de sécurité dont les hackers peuvent profiter.
Cette initiative représente donc un défi technique autant qu’une nécessaire avancée vers la numérisation qui s’impose aux services de l’Etat.