Smartphones, ordinateurs, consoles de jeux… L’achat d’appareils reconditionnés est une démarche qui intéresse de plus en plus de consommateurs. C’est particulièrement le cas depuis le début de la crise sanitaire qui a donné un coup d’accélérateur à ce marché. Aujourd’hui, 60 % des Français ont acheté ou prévoient d’acheter un smartphone de seconde main. Parmi eux, 30 % ont acheté plus de produits français depuis la pandémie (baromètre IFOP, 2021). Leur but est de consommer de façon plus responsable.

Ces changements de paradigme poussent de plus en plus d’acheteurs à se tourner vers les appareils reconditionnés. Bien que les opportunités de croissance soient nombreuses pour le secteur, les acteurs français doivent encore faire face à quelques défis, auxquels des entreprises comme Largo tentent de répondre.

Un business qui prend de l’ampleur en France

Un nombre considérable de consommateurs ont le réflexe d’acheter des produits high-tech reconditionnés. À vrai dire, ils sont même de plus en plus nombreux : une étude menée par l’Institut Counterpoint Research révèle que le marché du reconditionné a progressé de 15 % à l’échelle mondiale en 2021. À titre de comparaison, il n’avait augmenté que de 4 % en 2020. Le boom des ventes de matériels informatiques constaté après les confinements est l’une des raisons qui expliquent cette progression rapide.

Il convient de dire que l’achat de produits reconditionnés entre progressivement dans les mœurs. C’est notamment le cas en France, où la tendance se confirme. Selon une étude réalisée par Kantar en 2022, les Français sont désormais 37 % à avoir opté pour un smartphone d’occasion. C’est 3 points de plus que l’année dernière, et 11 points supplémentaires qu’en 2020.

Les moins de 35 ans sont les plus intéressés par les offres d’appareils de seconde main. Cette année, 44 % d’entre eux ont choisi cette alternative. Globalement, on note toutefois un intérêt grandissant pour ce type de produits, particulièrement les smartphones : 51 % des Français se disent intéressés et prêts à s’en procurer un auprès d’un professionnel, soit 1 point de plus qu’en 2021.

Il paraît clair que le marché du reconditionné poursuit sa croissance dans l’Hexagone. Une question demeure néanmoins : qu’est-ce qui pousse les Français à préférer cette option plutôt qu’une autre ?

De nombreux avantages qui séduisent les Français

Pour les professionnels comme les particuliers, les appareils high-tech remis en état offrent divers avantages, particulièrement d’un point de vue économique. En effet, ils permettent de répondre à des enjeux budgétaires très préoccupants depuis le début de la crise sanitaire. Une étude faite par Crédit Mutuel fin 2021 révèle que deux tiers des Français cherchent à faire davantage d’économies depuis la pandémie.

L’avantage, c’est justement que les produits reconditionnés sont affichés à des prix compétitifs. Selon l’agence de la transition écologique (ADEME), ils sont vendus jusqu’à 75 % moins cher en fonction de leur état, de la marque et du modèle. Néanmoins, le motif financier n’est pas la seule raison qui pousse les Français à se tourner vers le marché du reconditionné.

Pour nombre d’entre eux, il est aussi question d’une démarche écologique. Prenons l’exemple du smartphone. En produire un neuf est de plus en plus complexe, et nécessite une liste de matériaux à rallonge : lithium, cuivre, platine… Les mines polluent les cours d'eau ainsi que les sols. En somme, le processus a des conséquences néfastes sur l’environnement.

En revanche, on estime que l’impact environnemental d’un téléphone reconditionné égale 10 % de celui d’un neuf (étude ADEME). C’est donc pour cette raison que 75 % des Français cherchent à donner une seconde vie à leurs appareils.

Un besoin de réassurance

Bien que les Français soient de plus en plus nombreux à se laisser séduire par les smartphones, ordinateurs et tablettes reconditionnés, certains sont encore sur la réserve. Selon un sondage réalisé par Kantar en 2020, un tiers des Français se disent réticents à acheter des appareils de seconde main à cause des doutes émis sur leur durée de vie. La raison, c’est aussi qu’il n’existe pas de protocole strict pour juger la qualité des articles. Tout se joue sur la confiance. Fort heureusement, les marketplaces mettant en place des systèmes d’audit pour assurer la qualité de leurs produits se multiplient.

Afin que les consommateurs changent leur fusil d’épaule, le marché du reconditionné a besoin de réassurance. Il est donc impératif que les vendeurs soient davantage transparents dans la manière dont les appareils sont remis à neuf. Il peut être judicieux de leur expliquer comment le produit est reconditionné, par exemple à l’aide d’une vidéo ou d’un article de blog. Le but est de gagner la confiance de ces consommateurs qui ont peur d’avoir une mauvaise expérience s’ils ne privilégient pas le neuf.

Des acteurs français qui proposent une nouvelle approche

En France, c’est dans ce contexte que les acteurs du marché du reconditionné s’efforcent de répondre aux besoins et attentes des acheteurs. Pour y parvenir, ils optent pour de nouvelles approches innovantes afin d’assurer transparence et qualité. L’entreprise nantaise Largo a par exemple choisi d’automatiser son outil de production dans le but de garantir un niveau de qualité impeccable et identique pour tous ses appareils reconditionnés.

Plusieurs étapes clés ont été automatisées, dont la phase de test. Cela offre davantage de véritable progrès en matière de productivité dans le processus de production. En effet, ce mode de fonctionnement lui a permis d’augmenter sa capacité de reconditionnement de 13 000 produits par mois à fin 2021. Fin 2022, le chiffre devrait monter à 25 000.

Grâce à ces équipements automatisés, la société écoresponsable est capable d’assurer une bonne qualité de reconditionnement. Pour cela, elle effectue des tests fonctionnels sur trente-sept points de contrôle, comme la batterie, la sécurité ou les caméras.

Ces innovations permettent donc de faire progresser la qualité des tests, pour un achat de produits reconditionnés toujours plus en confiance. Il y a de fortes chances que ces efforts d’industrialisation deviennent, à l’avenir, une norme dans ce secteur.

Ces deux dernières années, le monde du reconditionnement est alors passé à la vitesse supérieure. Les acteurs ont pris conscience de l’importance de la réassurance pour assurer une bonne dynamique au marché actuellement en plein essor. Grâce à des innovations technologiques plus pointilleuses que les précédentes, il est aujourd’hui possible de proposer des produits qualitatifs, et ainsi d’obtenir la confiance des consommateurs les plus méfiants.