Il faudra avoir les reins solides : après deux ventes exceptionnelles qui ont vu exploser le nombre de billets vendus pour la prochaine coupe du monde de Rugby 2023, une troisième session aura lieu ce mardi 6 avril. Un engouement du public inédit par son ampleur, qui a conduit les organisateurs à mettre sur pied une structure informatique à la hauteur des enjeux.

Depuis plusieurs semaines, la planète rugby a les yeux rivés sur la France : de l’Irlande à l’Australie, du Japon à l’Afrique du Sud en passant par l’Italie, l’Écosse ou la Nouvelle-Zélande, les amateurs de rugby scrutent la communication des organisateurs de la prochaine coupe du monde. La pression est donc au rendez-vous, alors que deux ventes ont déjà été ouvertes et qu’une troisième est prévue dans quelques jours. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les chiffres donnent le tournis : le 15 et le 18 mars derniers, c’est près de 600 000 billets qui ont été vendus en quelques heures. Un succès colossal, alors même que la compétition n’est que dans deux ans.

Serait-ce un effet de la pandémie mondiale ? Il y a fort à parier que les supporters se projettent déjà dans « l’après-covid » pour encourager leur équipe et faire la fête, en profitant ainsi pour rompre avec ces longs mois anxiogènes et moroses.

Un raz-de-marée de visiteurs et des centaines de billets vendus qui ont mis le système informatique des organisateurs de France 2023 à rude épreuve : le 15 mars, 150 000 internautes étaient déjà connectées sur le site quelques minutes avant l’ouverture des ventes, et 120 000 le 18 mars. Lors de la première vente, le site a connu des pics de 1000 billets vendus à la minute, culminant jusqu’à 2000 billets à la minute lors de la seconde vente. Un succès qui a nécessité la mise sur pied d’une infrastructure informatique capable de soutenir une telle charge. Car en 13 h de ventes au total, seules 7 minutes de latences ont été observées, principalement lors de la première vente.

Une réussite qui va bien au-delà du sport, puisque la France montre là sa capacité à mettre sur pied des systèmes informatiques particulièrement résilients et résistants.

Cybersécurité : une défense solide

Des milliers de connexions, des données personnelles en pagaille, des échanges bancaires, un enjeu réputationnel mondial… Des billetteries en ligne comme celles prévues pour la prochaine coupe du monde de rugby représentent une cible de choix pour les pirates informatiques. Avec un système de sécurité mis en place en collaboration avec des sociétés françaises spécialisées, les équipes de France 2023 se sont évertuées à mettre en place un écosystème solide, capable de résister à plusieurs attaques simultanées.

L’architecture technique repose ainsi sur des modèles d'hébergement Cloud PaaS (« Platform as a Service ») et SaaS (« Software as a Service »), classiques pour ce type de besoin, mais néanmoins robuste et simple, minimisant ainsi la complexité technique et facilitant le travail des ingénieurs et des techniciens en cas d’alerte. Pour la protection des données échangées, le couple TLS/SSL version 1.3 (« Secure Sockets Layer » et « Transport Layer Security ») permettent un chiffrement efficace des informations échangées entre l’utilisateur et la plateforme. Les données personnelles, y compris bancaires, ne peuvent ainsi être lues, modifiées ou transférées par d’éventuels criminels. Une logique de compartimentation étanche que l’on retrouve sur les droits des utilisateurs sur le « backend » du site, ce dernier ayant des fonctionnalités et des droits d’accès strictement contrôlés. Enfin, soulignons que le système de gestion de contenu (CMS), qui permet de concevoir, gérer et actualiser le site web est à jour : un détail sous-estimé par de nombreux professionnels, mais qui permet d’assurer une solide protection des modules en cours.

Un écosystème robuste et « solide sur ses appuis » qui doit permettre à la billetterie d’encaisser sereinement les centaines de milliers de nouveaux visiteurs qui vont se presser sur le site le 6 avril prochain. Et pour ceux qui ne pourront pas acheter leurs billets pour la prochaine coupe du Monde ce mardi, pas de panique : d’autres ventes sont prévues plus tard dans l’année.