Messenger serait en passe de déployer les Auto Status (statuts automatiques) sur son application, fonctionnalité que Facebook a déjà expérimenté avec la messagerie Threads.

Des statuts sous forme d’emojis

C’est Jane Manchun Wong qui a repéré cette nouvelle fonctionnalité et a partagé des captures d’écran sur Twitter. Selon la blogueuse spécialisée, Facebook Messenger est en train de tester les statuts automatiques. Ces derniers ne datent pas d’hier puisqu’ils étaient présents sur MSN, la messagerie référence du début des années 2000, mais en quoi consistent-ils exactement ?

Une fois activée, la fonctionnalité se sert de la localisation, de l’accéléromètre ainsi que du niveau de la batterie de votre smartphone pour déterminer ce que vous êtes actuellement en train de faire et le partager avec vos amis, détaille TechCrunch. Plus précisément, les Auto Status indiquent à l’aide d’un emoji si vous êtes dans un restaurant, sur la route ou encore le niveau de vie de votre batterie à vos amis. Tout cela se fait de manière automatique et même si vous n’êtes pas actif sur l’application, et permet par exemple d’expliquer pourquoi vous ne répondez pas ou n’êtes pas disponible.

Il est toutefois important de noter que votre localisation exacte n’est pas signalée : si vous vous trouvez dans une salle de sport, le statut indiquera « (EMOJI) à la gym », et non le nom de la salle. Par ailleurs, les personnes qui auront accès à vos statuts auront au préalable été choisis par vos soins, à l’image de la liste d’amis proches d’Instagram.

Une fonctionnalité déjà expérimentée par Facebook

Facebook n’en est pas à son premier coup d’essai avec les statuts automatiques. Au mois d’octobre dernier, ils étaient d’ores et déjà disponibles dans l’application Threads d’Instagram, une messagerie créative permettant d’échanger avec ses amis proches. Par ailleurs, les Auto Status ne sont pas étrangers à un grand rival de Facebook. Il y a un an, Snapchat les testaient sur sa Snap Map sous forme de bitmoji.

Un porte-parole de Facebook a commenté les informations de Jane Manchun Wong et ne les a pas niées : « Nous sommes constamment en train d’explorer de nouveaux moyens d’améliorer votre expérience sur Messenger. Cette fonctionnalité est encore en développement et en phase de test interne ».

Bien que cette fonctionnalité soit pratique, surtout lorsque l’on manque de temps pour répondre à ses amis, elle menace un peu plus la notion de vie privée… qui est loin d’être le point fort de Facebook.