L’an dernier, Facebook a commandé une étude portant sur les tendances du jeu vidéo. L’entreprise émet, cette année, son premier rapport sur le sujet. L’étude a été menée auprès de quasiment 10 000 personnes âgées d’au moins 18 ans et issues du monde entier. Beaucoup de personnes ont pour habitude de jouer, mais elles ne le font pas toutes de la même façon. Leurs habitudes, mais aussi leurs pratiques, évoluent en fonction de différents facteurs, comme le temps dont ces personnes disposent, leur âge ou encore le pays où elles vivent.

La tendance va vers l’achat de jeux vidéos

Acheter des jeux n’intéresse qu’une minorité de joueurs. Ces derniers vont, dans l’ensemble, plutôt préférer des jeux gratuits. Même avec de la publicité incluse dans le jeu ? Cela n’est pas un problème car selon certains cela fait partie du paysage du jeu. Les joueurs sont nombreux à souhaiter que des publicités différentes leurs soient proposées au cours du jeu, car 73% des utilisateurs estiment que les coupures publicitaires qui leur sont proposées sont trop identiques. Ainsi, quitte à ce qu’il y ait de la publicité, autant en proposer suffisamment pour éviter les répétitions et l’agacement des joueurs.

Globalement, s’ils apprécient les jeux gratuits, il y a plusieurs éléments qui pourraient inciter à l’achat d’un nouveau jeu. Dans l’ensemble, l’aspect apprécié du jeu gratuit est la récompense parfois disponible après avoir regardé des publicités. Cela n’est pas toujours suffisant. Même si les joueurs dépensent rarement de l’argent pour un jeu : 38% déclarent que pour la compétition et pour améliorer leur performance dans le jeu, ils sont susceptibles de succomber à l’envie d’acheter un jeu. Ensuite, 31% achètent un jeu pour le rendre plus intéressant. Et enfin, 32% des joueurs font un achat pour éviter de voir les pubs et de devoir attendre avant de jouer.

1 français sur 4 joue sur mobile pour le faire avec ses amis

Au Brésil ou aux États-Unis, les joueurs aiment jouer pour partager une partie avec des gens qu’ils connaissent, ils apprécient le fait de jouer ensemble, par écran interposé. En France seul un joueur sur quatre est adepte de cette pratique.

Il semblerait que plus un joueur joue avec ses amis, et donc plus il échange avec eux sur les parties de jeux, plus il devient susceptible de passer le cap du téléchargement d’un jeu supplémentaire, et de l’achat d’un nouveau jeu. On imagine plutôt facilement ici une influence d’un ou plusieurs joueurs sur d’autres joueurs, notamment au détour d’une conversation.

Initialement, les jeux vidéos sur mobile incitent à la consommation de nouveaux jeux et les dépenses associées. Cela ne devrait pas aller en s’arrangeant avec l’arrivée de la 5G. En effet, elle pourrait avoir un impact, notamment pour les pays émergents qui verraient les téléchargements, et sans doute aussi les achats, augmenter. C’est en tout cas ce que montre l’étude de Facebook.