Depuis toujours, les observateurs s’accordent pour le dire : l’Australie a un problème dans la classification des jeux vidéo. Nous venons d’apprendre qu’au cours des trois derniers mois, le gouvernement a interdit 4 jeux vidéo considérés comme violents.

Trop de scènes violentes et liées aux drogues

Parmi les 4 jeux interdits, nous retrouvons : DayZ, We Happy Few, Hotline Miami et Bonaire. Avant 2013, une législation datant des années 90 permettait aux émissions télévisées et aux films d’obtenir la mention “+18”, mais elle ne concernait pas les jeux vidéo. Depuis, malgré des modifications et l’ajout d’une classification pour les jeux vidéo, certains sont toujours bannis pour diverses raisons. Malgré l’introduction de cette classification “+18”, l’Australie a du mal à accepter que des scènes de sexe et d’hyper violence puissent avoir lieu, même de manière irréelle, sur son territoire.

Tout a commencé avec l’interdiction de DayZ, l’un des grands jeux précurseurs, au même titre que Fortnite ou Apex Legends. Le jeu était disponible depuis des années en Australie. Pourtant à la suite d’une réédition et d’un lancement officiel, Five Star Games, le distributeur local de DayZ, a dû passer par le processus de classification du gouvernement australien, où il a été catégoriquement refusé.

Le gouvernement a les rennes

Justement, c’est bien souvent à la suite de réédition que les jeux sont interdits en Australie. Au même titre que DayZ, We Happy Few et Hotline Miami avaient déjà été autorisés en Australie. Au moment de la sortie d’une nouvelle version, les jeux ont été bannis du territoire australien.

La classification des jeux en Australie dépend du gouvernement. Ce n’est pas du tout le même système qu’en Europe ou qu’aux États-Unis où ce sont des organismes de l’industrie du jeu vidéo qui régulent les classifications. Nous notons que le gouvernement australien interdit souvent un jeu vidéo en raison de la consommation de drogues.