La semaine dernière, les deux YouTubeurs visés ont raconté comment leurs chaînes ont été menacées d’une troisième mise en garde pour atteinte aux droits d’auteur – et donc de la possible résiliation de leurs chaînes YouTube – par un extorqueur anonyme. L’escroc a proposé de retirer les mises en garde contre le paiement d’une certaine somme.

Le principe de mises en garde pour atteinte aux droits d’auteur sur YouTube

Celles-ci ont une fonction importante, puisqu’elles empêchent que des éléments protégés, comme des musiques ou des clips vidéo, soient utilisés sans autorisation.

Lorsqu’un titulaire de droits d’auteur avertit YouTube que son contenu est utilisé par un ou d’autres sans son consentement, la vidéo incriminée est retirée de la plateforme.

Et, lorsqu’un utilisateur du réseau social reçoit un tel rappel à l’ordre, outre le fait que sa vidéo soit supprimée, ses capacités à monétiser son contenu peuvent alors être restreintes et ses accès à la diffusion en direct sont limités pendant 90 jours.

Au bout de trois mises en garde, l’utilisateur est cette fois banni de la plateforme : son compte et toutes ses chaînes associées sont clôturés, toutes les vidéos mises en ligne sont supprimées, et il n’aura plus la possibilité de créer de nouvelles chaînes.

Cependant, si le YouTubeur réprimandé estime que ces mises en garde ne sont pas justifiées, il a la possibilité de demander à la personne qui a revendiqué les droits d’auteur de retirer sa réclamation, ou d’envoyer une notification de contestation auprès de YouTube.

Ce principe établi par la plateforme vidéo, bien que fondamental puisque protégeant les créateurs originaux de contenus, a déjà pu être l’objet de remises en question. En effet, d’après un grand nombre d’utilisateurs, YouTube ne vérifierait pas suffisamment les notifications aux atteintes aux droits d’auteurs, ni les contestations qui peuvent en être faites.

Une faille dont certains internautes peu scrupuleux ont pu profiter…

Les notifications aux atteintes aux droits d’auteurs à des fins d’extorsion ou de pression

«Une fois que nous aurons reçu notre paiement, nous annulerons les deux réclamations d’atteinte aux droits d’auteur sur votre chaîne», a écrit le maître chanteur dans un message envoyé par Telegram à l’un de ses créateurs, ObbyRaidz, qui gère une petite chaîne dédiée aux procédures Minecraft. «Vous êtes libre d’annuler la facturation si nous ne le faisons pas, mais nous vous assurons que nous le ferons». Il ajoute : «Nous vous donnons très peu de temps pour prendre votre décision».
La somme demandée était de 150$ réglable via PayPal ou de 75 bitcoins.

Ce n’est pas la première fois que des extorqueurs profitent de la plateforme. Des cas similaires de plus petites chaînes détournées via le système de mises en garde pour atteinte aux droits d’auteur de la plateforme sont apparus plus d’une fois sur les forums d’aide du site. Lorsque les chaînes sont bloquées injustement, ces forums sont souvent le seul recours dont disposent les victimes.

En effet, dans une vidéo publiée sur sa chaîne, ObbyRaidz mentionne que ses tentatives de contacter le personnel de YouTube ont échoué, et que toutes ses demandes visant à annuler les mises en garde ont été refusées.

Il aura fallu que les deux dernières victimes, ObbyRaidz et KenzoOG communiquent sur leur mésaventure, générant des milliers de retweets et des centaines de commentaires Reddit, pour que les services de YouTube prennent l’affaire au sérieux. ≪Les deux mises en garde ont été annulées et les vidéos sont rétablies≫, a finalement déclaré YouTube dans un fil de discussion sur le compte twitter de ObbyRaidz.

Un manque de vérifications de la part de YouTube mis en avant

Selon certains, le plus gros problème est la que structure du système de copyright de YouTube concentre son contrôle sur l’accusé plutôt que sur l’accusateur.

Comme un utilisateur de Reddit l’a souligné, cet extorqueur a pu mettre en œuvre un stratagème d’extorsion à partir d’une chaîne YouTube récemment créée, sans vidéos, à partir d’une adresse e-mail supprimable. Ce compte aurait pu donc être facilement identifié comme suspect.

Mais la plateforme d’hébergement vidéo fonctionne sur le principe de bonne foi : seules les personnes au contenu volé feraient des déclarations.

La page d’instructions destinée aux utilisateurs cherchant à déposer des réclamations les incite même à ne pas en faire, afin “de ne pas abuser du processus”…

YouTube renforcera-t-il dorénavant le contrôle et la modération des notifications d’atteinte aux droits d’auteur ?