Selon un article du Financial Times publié la semaine dernière, et relayé par theverge Quanta Computer, un fournisseur taïwanais d’Apple, aurait exploité des lycéens dans des conditions très difficiles afin de produire des Apple Watch en Chine. C’est l’association humanitaire Sacom qui a émis la plainte. Depuis, Apple entreprend une enquête dans sa chaîne de production.

Des jeunes travaillant sans répit

Sacom a interrogé 28 lycéens dans cette affaire, et ils avaient pour la plupart entre 16 et 18 ans. Ces jeunes étaient employés illégalement et dépassaient largement le cadre légal de travail, en s’impliquant même la nuit dans leur usine de Chongqing. Les jeunes gens travaillaient parfois de 8h à 20h, le tout sous la forme d’un stage non rémunéré. Apparemment, « environ 120 étudiants » travaillaient dans le même étage qu’eux, l’affaire pourrait donc concerner bien plus que 28 lycéens.

Un stage inutile, fruit de pressions

Les étudiants n’avaient pas d’autres choix que d’accepter ce stage non-rémunéré. En effet, leur professeur les avaient averti qu’ils ne seraient « pas capable » d’être diplômé sans ce travail. L’un des étudiants, qui ne voulait tout de même pas s’impliquer dans ce stage, a vu son professeur appeler personnellement son père et le garder en ligne jusqu’à ce qu’il décide de le faire travailler. Selon Sacom, la plupart des lycéens mobilisés n’avaient rien à voir avec le secteur de l’électronique, ce qui rendait encore plus terrible et inutile leur calvaire.

Apple a rapidement répondu

La firme à la pomme semble désapprouver totalement le comportement de son fournisseur d’Apple Watch. Dans un communiqué, elle a déclaré : « nous travaillons en urgence sur le rapport déclarant que des stagiaires auraient rejoint l’entreprise en septembre pour du travail illégal et de nuit. Nous avons une tolérance zéro envers les partenaires ne respectant pas nos attentes, et nous nous assurerons qu’une action rapide et des sanctions appropriées soient entreprises en cas de rupture du code des fournisseurs » . À première vue, Apple n’était donc pas au courant. Néanmoins, ce n’est tout de même pas sa première embauche d’étudiants « par accident » en Chine, ce qui commence à laisser place au doute. Quoi qu’il en soit, de nouveaux éléments devraient bientôt émergés dans cette affaire, et nous vous en tiendrons au courant dans les plus brefs délais.