Nous vivons actuellement une période où nos données personnelles sont récupérées puis exploitées par une grande quantité d’acteurs. Parfois revendues, parfois utilisées pour diffuser des contenus ciblés, les traces que nous laissons sur la toile peuvent même compromettre l’intégrité de notre vie privée. Avec le temps, de plus en plus de solutions émergent pour aider les internautes à mieux se protéger. Tantôt des coffres-forts pour sécuriser ses mots de passes comme Dashlane, tantôt des moteurs de recherche comme Qwant. Plus rare, mais tout aussi précieux, myCO propose une approche assez inédite.

Fondé par deux français, il s’agit d’un navigateur privé spécifiquement conçu pour limiter l’accès aux informations de ses utilisateurs. L’application est élaborée sur des fondations plus que solides puisqu’elle se bases sur le code open source de Mozilla pour Firefox. De plus, l’offre de services de myCO est très complète afin de s’adapter à tous les usages, et donc tous les types d’utilisateurs.

Une panoplie de fonctionnalité à l’image des grands

De nombreuses fonctionnalités permettent de répondre aux interrogations que pourrait avoir une personne lorsqu’elle navigue sur un site, de même que sur les données qui pourraient être récupérées. C’est dans ce but que son expérience sur le web passe par le choix entre trois modes de navigation :
Navigation à risque. C’est le type de d’utilisation classique que l’on retrouve sur l’ensemble des navigateur du marché. Il y a un risque à l’utiliser, mais dans certains cas des sites peuvent l’imposer pour faire fonctionner des modules, ou enregistrer des fichiers en cache.
Navigation protégée. Lorsqu’elle est activée, myCO bloque toute intrusion ou mauvais comportement. Cela peut par exemple éviter d’être suivi à travers différents sites via des cookies.
Navigation invisible. Tel un fantôme, vous ne laisserez aucune trace de votre passage sur un site. En devenant anonyme, vous pouvez cependant avoir une expérience ralentie sur certaines sites.

mode de navigation myco

Aperçu des trois modes de navigation sur myCO

Un autre outil développé par myCo permet de prendre réellement conscience de tout ce qui nous relie lorsqu’on se balade sur un site. Ainsi, myCOScope présente tous les services connectés pour chaque site visité. Plus vous en visiterez, plus votre graphique va s’étendre, et plus les services seront en mesure de relier les sites que vous avez visité.

mycoscope

Exemple du myCOScope avec siecledigital.fr

Également, chaque personne utilisant myCo navigue avec sa propre session. De cette manière chaque utilisateur du foyer conserve son historique de navigation, ses favoris, ses mots de passe, etc. Une fonctionnalité utile lorsque plusieurs personnes utilisent le même poste.

Enfin, pour les aficionados du verrouillage, si la recherche Google est activée de base, il vous est possible de la remplacer par celle de Qwant ou encore DuckDuckGo.

Le navigateur web myCO est disponible pour tous et en version beta pour l’instant. Vous pourrez donc retrouver une application Windows, macOS, Linux, et sur votre smartphone iOS ou Android.

Le collaboratif : une raison d’être

En plus de nombreuses fonctionnalités, myCO propose à ses utilisateurs une plateforme collaborative. Il s’agit d’une boîte à outils permettant d’utiliser de façon sécurisée des services d’emailing, de partage de fichiers (documents, photos, vidéos), de gestion des contacts, de cagnottes, ou encore d’un calendrier.

Fait inédit pour la France : myCO repose sur un statut de coopérative. Cette dernière a été officialisée au mois de juin. Après une participation de 10€, un utilisateur devient sociétaire. Ce statut lui offre un accès à panoplie de services étendue, et l’inscrit au coeur de la démarche du navigateur. De plus, être sociétaire, c’est s’assurer que ses données ne seront jamais vendues à un tiers. La protection des données fait partie des prérogatives pour myCO.

Un sociétaire possède un espace lui permettant de gérer des projets personnels, qu’il peut également partager avec des proches. Aussi, il pourra découvrir ceux de la communauté. Il existe par exemple un espace dans lequel les utilisateurs peuvent faire remonter des bugs qu’ils croisent çà et là au fil de leur navigation.

Si cela peut sembler anodin, la communauté est déjà très active. À terme, avec cette coopérative, myCo va devenir un véritable réseau social, en plus de sa qualité de navigateur. De quoi associer aisément plaisir et éthique pour des personnes ayant des valeurs communes.

Entre le modèle économique, la largeur de l’offre et des fonctionnalités, de même que l’éthique autour du projet, myCO possède de solides arguments. De quoi l’aider à se faire une place dans l’écosystème des navigateurs web.