Intelligence Artificielle

IBM Watson prolonge son partenariat avec les vétérans américains

L’IA accompagnera les vétérans atteints d’un cancer au moins jusqu’à 2019

IBM a officiellement annoncé la prolongation, pour une année de plus, de son partenariat avec le département américain des Anciens Combattants . Celui-ci permet aux oncologues ainsi qu’aux pathologistes d’améliorer la prise en charge des soldats atteints d’un cancer de stade 4 grâce à l’utilisation de l’IA Watson.

Tout a commencé en 2016, lorsque le Ministère des Anciens Combattants américain et IBM se sont associés dans le cadre du programme de lutte contre le cancer que Joe Biden, alors vice-président, a initié. L’objectif de ce partenariat consistait alors à utiliser la plateforme informatique cognitive de Watson pour aider le département d’oncologie de précision, dédié aux vétérans, à fournir des plans de traitement individualisés.

Rien ne devrait changer quant à la stratégie mise en place par le corps médical : les médecins spécialisés commencent par séquencer l’ADN de la tumeur, puis ils utilisent l’IA Watson pour interpréter les données et identifier les mutations qui pourraient offrir de nouveaux choix thérapeutiques aux patients rattachés au Ministère des Anciens Combattants. D’après Zdnet, le docteur Kyu Rhee, qui est membre actif du programme, a déclaré dans un récent rapport : « C’est ici que l’IA peut jouer un rôle important en aidant à adapter l’oncologie de précision ». Dans tous les cas, cela devrait aider IBM à promouvoir sa division Watson Health, très active dans la lutte contre le cancer en dépit de ses résultats financiers plutôt moyens.

En plus d’améliorer la prise en charge et le traitement des militaires, qui résident dans des zones rurales, ce partenariat pourrait, dans une certaine mesure, rendre les thérapies spécialisées pour lutter contre le cancer plus accessible aux États unis. Ce ne sont pas les 2 700 vétérans, qui ont reçu un soutien dans le cadre du partenariat d’IBM avec département des Anciens Combattants US, qui diront le contraire. À eux seuls, ils représentent près de 3,5 % de tous les patients américains atteints de cancer.

Source.

Send this to a friend