Alors que nous étions plutôt habituer à parler de la Suède à travers le géant du streaming Spotify et ses péripéties, le pays fait aujourd’hui parler de lui en ouvrant le Museum of Failure. Un nom qui en dit long sur ce que l’on peut trouver dans ce musée.

C’est le docteur en psychologie des organisations Samuel West qui a été à le curateur du Musée. Et plutôt que de se moquer de ces inventions qui ont essuyé un échec commercial mémorable, Samuel West souhaite comprendre pourquoi et comment ces produits qui se voulaient innovants ont échoué de la sorte. Il déclare à ce sujet : « Nous savons que 80% à 90% des projets innovants échouent, que l’on n’en entend jamais parler. On ne les voit jamais, et personne n’en parle. Si l’on peut retenir une seule chose de ces échecs, c’est apprendre de leurs erreurs ». Le Museum of Failure rassemble donc plus d’une cinquantaine de produits dont l’arrivée sur le marché auraient du être triomphale selon leur créateur, et qui ont finalement été un fiasco.

On y trouve par exemple le stylo Bic for Her, qui avait créé la polémique en laissant entendre que les femmes ne pouvaient pas utiliser les mêmes stylos que les hommes (évidemment). Aussi présent : la tentative de console Pipp!n, conçu par Apple en 1996 et dont la production a été stoppée un an après. Les Google Glass ont aussi une place de choix dans le Museum of Failure : leur production a été stoppée en 2015, majoritairement à cause de problèmes liés à la vie privée, une raison peu étonnante donc.

Intéressant sujet que de se plonger dans les expériences et les tentatives vaines d’innovations faites par tout ces grands noms du monde des technologies et autres. Comme le disait Xavier West, il est certainement très important de comprendre pourquoi un produit devient un fiasco ou une réussite. Surtout si l’on prévoit d’entreprendre.

Source : The Verge