Il est certain que la NSA n’est pas connue pour sa transparence et son honnêteté auprès des citoyens américains. Après l’affaire Snowden, qui avait mis en lumière un programme de surveillance dirigé par la NSA durant l’année 2013, l’agence avait créée un compte Twitter. Un outil mis en place pour tenter de prouver sa bonne foi au peuple américain. Bof. Edward Snowden avait tweeté sur le sujet avec ironie : « You’re welcome, @NSAGov. Lots of love ». La NSA reste une agence qui oeuvre dans le secret, ayant parfois à subir des leaks, dont le dernier en date est très certainement un document qui prouvait le rôle de la Russie dans les élections présidentielles américaines. Cependant, l’agence semble prendre le contrepied de ces leaks en faisant le choix de s’inscrire sur Github pour partager environ 30 projets open-source.

Hier, c’est The Next Web qui révélait le lancement du compte Github « National Security Agency : Technology Transfer Program ». Pas de doute, c’est bien notre fameuse agence de sécurité outre-Atlantique. Encore une fois, la NSA souhaite favoriser les échanges et la coopération entre le gouvernement et le peuple américain. Sont donc proposés en open-source, une trentaine de projets qui peuvent être améliorés par toute la communauté de Github. Dans la liste des 30 projets, on trouve par exemple un processus de sécurité renforcée pour Android, ou des algorithmes de chiffrement.

NSA Github

En tentant de favoriser la transmission de technologies avec les entreprises, les universités, et même les particuliers, la NSA souhaite montrer sa volonté de transparence et d’ouverture au monde de l’open-source. Même si les bases et les valeurs de l’open source, qui sont tout de même (entre autres) le partage et le travail collaboratif, semblent assez éloignées de ce qu’est l’agence américaine. À ce sujet, l’agence a déclaré : “Le public en bénéficie en adoptant, améliorant ou en commercialisant le logiciel. Le gouvernement bénéficie des améliorations apportées par la communauté de l’open source à ces technologies ».

D’accord, mais au-delà du discours, que se cache-t-il derrière cette apparition soudaine dans le monde du logiciel libre ? On peut supposer que la NSA souhaite polir son image auprès des développeurs et autres profils techniques, dont certains d’ailleurs utilisent Github pour faire leaker des documents de l’agence. Mettre un pied dans l’open-source et le service Github est un symbole fort pour la communauté qui croit et partage ces valeurs. Et puis, un compte Github permettra aussi à la NSA d’observer de l’intérieur quels sont les meilleurs profils afin de pouvoir recruter directement à la source. Un moyen de garder la main, donc.

Source : The Next Web