Vous utilisez encore Google ? Vous ne pensez vraiment pas à la planète ? C’est le message de certains moteurs de recherche comme Ecosia ou Lilo. Voilà maintenant plus de deux mois que mes fils d’actualités Facebook, Twitter et même Linkedin, sont spammés par des publicités d’alternative à Google. Alors, je me suis armé de mes lunettes anti lumière bleue, de ma souris magique et de mon MacBook afin de me faire une analyse complète sur ces sites.

Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres

Labellisé deutsche qualitat, Ecosia est le top du top des moteurs de recherche écolos. Son utilisation est simple, vous n’avez qu’à faire vos recherches sur le web avec Ecosia. Ensuite, ils s’occupent de tout. Les publicités liées à vos recherches génèrent des revenus, Ecosia les utilisent pour planter des arbres. Ils disent avoir plantés plus de 6,5 millions d’arbres. Ecosia est une simple surcouche de Bing, alors pour les amoureux de la nature et habitués à l’algorithme de Microsoft ce moteur de recherche est fait pour vous. Et en plus il existe une version mobile !

Lilo, la petite copie française

Lilo est un peu plus complexe, mais pour le coup les habitués à Google trouveront leur place. Vous utilisez Lilo comme un simple moteur de recherche et au fil du temps vous récupérez des « gouttes ». Quand vous le souhaitez, vous cliquez sur votre nombre de gouttes déjà emmagasiné et Lilo vous propose d’en donner. Vous n’avez plus qu’à choisir LE projet que vous voulez soutenir. (et paf vous devenez un donneur)

Avec pratiquement 200 000€ par an, on ne peut pas espérer de grands projets révolutionnaire comme les tours vertes en Chine (voir l’article de Ndiaga Diagne). Mais on arrive avec des projets déjà bien sympa. De belles sommes d’argents partent dans les associations Petit Princes et WWF. Mais Lilo n’en reste pas là, il accompagne la régénération des récifs coralliens en Indonésie. Il est quand même top ce Lilo.

J’ai aussi été étonné d’apprendre que Mr Mondialisation et Covoiturage Libre sont soutenus par la plateforme Lilo.

C’est quand même un vieux concept d’améliorer le monde grâce aux internautes

Il ne faut pas oublier que Google est un grand défendeur de la planète. Dans le passé, il a notamment réalisé le projet ARA, des téléphones modulaires, qui visait à optimiser le recyclage des téléphones mobiles (voir mon article sur thegazette by supdecom). Ainsi que son projet Renewable Energy Cheaper dont le but était d’abaisser les prix des énergies renouvables pour qu’ils soient en dessous de ceux du charbon. Par ailleurs Google promet utiliser dès 2017 uniquement de l’énergie renouvelable, principalement issue d’éoliennes.

À côté de ces projets énergiques et environnementaux, Google réalise grâce aux publicités sur ses sites énormément de projets de développement comme l’intelligence artificielle, la voiture sans pilote ou même la réalité augmentée. Je vous laisse avec la page officielle de Google pour voir ses projets actuels. Alors, pour une fois Google est plutôt propre !

Bien entendu on ne peut pas comparer l’incomparable, Alphabet (ex-Google) est dans le top 10 des plus grosses entreprises boursières. Le concept d’Ecosia et de Lilo est bon et plutôt génial, mais ce qui me gène c’est le positionnement de leurs communications. Au lieu de simplement dire venez chez nous pour faire du bien à la planète. J’ai eu le sentiment d’entendre : « Google c’est nul, ça pollue, nous nous faisons des beaux projets ». La question rhétorique de Lilo est « Existe-t-il une alternative éthique à Google ». Certes Google vend vos informations mais dans le pire des cas la meilleure alternative pour garder sa vie privée reste Duck Duck Go.

J’espère avoir été précis et concis, je vous avouerai que j’ai tout de même une petite préférence pour Lilo le petit Cocorico de la bande !

Infographie, les alternatives écolos de google – © Amaury Maillard