Dans un monde en constante évolution et sur des marchés où la concurrence est toujours plus importante, chaque entreprise doit avoir le regard porté vers l’avenir si elle souhaite faire évoluer son activité correctement et développer un avantage concurrentiel. Pour cette raison, il est essentiel de privilégier une culture de l’innovation, notamment en misant sur de nouvelles technologies ou applications.

Là repose l’objectif de Cegid, qui développe des solutions de gestion cloud pour aider les professionnels de la finance, des ressources humaines, de l’expertise comptable et du retail dans la réalisation de leurs projets d’aujourd’hui et de demain.

Pour Cegid, innovation rime avec utile

Depuis sa création en 1983, Cegid accorde une place centrale à l’innovation pour accompagner les organisations dans la transformation numérique de leurs métiers grâce à des solutions novatrices, principalement axées sur l’exploitation de la data.

« Une évolution majeure des quatre dernières années a été de basculer du paradigme d’éditeur classique de gestion du XXᵉ siècle, vers le paradigme SaaS. Cela nous ouvre de nouveaux horizons pour construire la suite », explique André Brunetière, Chief Product & Technology Officer chez Cegid.

Cette évolution vise bien sûr à accompagner les entreprises dans leur choix stratégiques, et notamment dans une période où l'incertitude rend obsolète les modèles existants. Elle vise également à accompagner les entreprises qui commencent à digitaliser ce processus, comme les TPE. Un objectif : leur offrir une gestion nouvelle, plus pratique et intuitive, autant aujourd’hui que demain.

« Nous accrochons toujours innovation à un deuxième mot qui est “utile”. C’est parce que nos clients sont face à un principe de réalité : à la fois ils doivent préparer l’avenir, tout en étant ancrés dans le présent. Par exemple, en matière de finance, il faut travailler sur des business case à 5 ans et tenir la comptabilité au jour le jour. Même chose pour les RH, il faut des programmes de formation sur plusieurs années mais les bulletins de salaire, il faut qu’à la fin du mois, ils sortent. Avec l’innovation utile, nous adressons ces deux temporalités chez nos clients », précise André Brunetière.

Pour cette raison, Cegid applique ce credo de l’innovation utile, autre exemple, assurer le système de caisse du magasin, tout en réfléchissant sur les innovations qui pourront y être apportées demain. Pour cela, la société collabore avec ses clients ou des acteurs de marchés précis qui l’aident à imaginer des façons de travailler toujours plus efficaces qui pourraient voir le jour dans les années à venir. Là s’ancre l’innovation de Cegid : créer ce chemin entre la continuité effectuée au quotidien par une entreprise et sa transformation future.

Le rôle de la data dans la transformation des entreprises selon Cegid

Auparavant, le digital était une affaire de spécialistes. Tout le monde ne maîtrisait pas ses codes et ne saisissait pas nécessairement les opportunités qu’il offrait. Au fil des innovations et de la digitalisation des entreprises, il s’est ouvert à un plus grand spectre d’individus, exerçant parfois dans des secteurs, à première vue, éloignés du digital.

« Dorénavant, dans une entreprise, tout le monde fait du digital. Un de nos grands sujets d’innovation, c'est donc de réussir à apporter de la valeur ajoutée à plus d’utilisateurs dans une même organisation à travers ce que nous proposons dans nos solutions », note André Brunetière. « Jusqu’alors, le digital restait une affaire de spécialistes, ils étaient très sollicités pour contribuer à “nourrir le système”. On attendait d’eux qu’ils saisissent des informations, les contrôlent… Or, il se trouve qu’avec ce que nous permet la tech aujourd’hui, le rôle de l’être humain dans cette partie de saisie et de contrôle diminue fortement. Ainsi, pour nos spécialistes, le temps passé à l’écran n’est plus un temps à passer à contribuer au système, mais plutôt à consommer le système. Ce qui est bien différent, et en plus même les non-spécialistes peuvent consommer ! », ajoute André Brunetière.

Pour Cegid, ces changements impliquent de devoir créer de nouvelles expériences d’utilisation, permettant aux utilisateurs de tirer au mieux parti de leurs systèmes de gestion de données. Dans ce type de solutions, ce sont les données qui sont principalement utilisées. Le travail de Cegid va alors être d’aspirer les données brutes, de les comprendre, les formater, de les traiter et d’apporter à l’utilisateur une donnée élaborée, analysée, consolidée qui va lui permettre de prendre des décisions intelligentes.

« Une fois qu’on pose un mode d’utilisation qui va beaucoup plus vers la consommation, ça donne le mantra sur lequel on va faire toutes nos innovations : mettre à disposition cette donnée de manière suffisamment intuitive, facile à utiliser et appropriée afin que l’utilisateur puisse en tirer parti », explique le Chief Product & Technology Officer de Cegid.

Pour cette raison, l’entreprise vise à offrir une expérience utilisateur plus intuitive et complète. Elle permet par exemple de remonter un indicateur concernant l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes au sein d’une organisation. Cegid n’apportera pas seulement un résultat allant de 0 à 100, mais également des pistes d’analyse qui permettront à cette société d’améliorer son indicateur : analyse par tranche d’âge, par corps de métier, par service… L’objectif est de savoir où agir.

Pour cela, un défi : apporter la bonne donnée, au bon moment et dans le bon contexte. Cela implique de faire de la recherche sur le sens d’une donnée pour un type d’utilisateurs, qu’est-ce qui est plus parlant pour lui et à quel moment : en début de mois on se demande plutôt “quels sont mes chiffres du mois dernier ?”, en milieu de mois “est-ce que je suis prêt à faire mes déclarations fiscales de TVA ?”, etc. Pour Cegid, cela signifie devoir constamment s’aligner sur la vie courante, et au jour le jour.

« Cela va être des vrais sujets d’innovation pour nous, à la fois dans ce travail de représentation pour donner l’envie d’aller plus loin et la facilité à aller plus loin en matière d’expérience utilisateur intuitive, et de l’autre côté l’interpellation appropriée d’utilisateur sur les données qu’on est capable de lui mettre à disposition », développe André Brunetière. « On croit à la donnée pour apporter une nouvelle expérience utilisateur, notamment car on est face à un gisement qui a un potentiel extraordinaire », ajoute-t-il.

Cette conviction, c’est ce qui a motivé à la création du Cegid Data Lab, un programme d’accompagnement et de mentoring destiné à ouvrir le champ des possibles aux startups early-stage. Pour Cegid, l’objectif est d’avoir un angle d’attaque nouveau concernant l’utilisation de ces données, apporté par de jeunes pousses. Elles sont issues de domaines dans lesquels Cegid a du gisement de données : en finance, en RH et dans la vente liée à l’activité B2C. Elle s’est alors entourée de plusieurs sociétés dont Luego, une interface bancaire collaborative pour startups, Kaptain Charlie, une solution visant à maximiser les performances des actions commerciales en magasin ou encore M-work, un outil rendant l'organisation du travail hybride lisible, simple et intelligente pour les entreprises.

Imaginer les solutions de demain

Ces collaborations avec différentes start-ups, ainsi que le travail réalisé en interne, permettent à Cegid d’imaginer les solutions de demain pour les organisations, et de les aider à en tirer profit. C’est notamment le cas avec la data visualisation. Cette technologie émergente consiste à structurer visuellement des données afin d’en rendre l’exploitation plus simple. Le but est d’y voir plus clair et d’établir facilement des rapports stratégiques afin d’accélérer les prises de décisions en entreprises. Cet outil facilite la compréhension des informations, souvent bien plus que des tableaux Excel.

« Cela va permettre de s’adresser à beaucoup plus d’utilisateurs, et plus simplement aux spécialistes. Pour ces derniers, ça va permettre de mettre en lumière certaines analyses auxquelles ils n’auraient pas forcément pensé avec le système de requête classique qu’ils utilisaient. Ce sont des éléments qui, on pense, vont se développer et sur lesquels on investit », ajoute André Brunetière.

Autre solution en plein développement, l’analyse prédictive explicable. En effet, l’analyse prédictive, qui consiste à utiliser des données pour anticiper des risques ou des opportunités, apporte peu de valeur à une entreprise lorsqu’elle n’est pas accompagnée d'explications. « Chez Cegid, on va donc développer des outils qui aident les entreprises au quotidien, par exemple lorsqu’elles établissent leur budget de l’année, mais aussi des outils de collaboration pour confronter des points de vue, des divergences d’analyse avec ce que peuvent apporter ces analyses multifactorielles », explique le Chief Product & Technology Officer de Cegid.

Avec un regard toujours porté vers l’avenir, Cegid compte bien continuer un travail entrepris depuis déjà plusieurs années : accompagner les sociétés dans leur transformation digitale, en mettant en relief les contraintes et opportunités qui peuvent s’offrir à elles grâce à la data et à des technologies toujours plus innovantes.