Selon les données YouGov de 2020, 91 % des Français considèrent qu’il est important de réduire ses déchets. Face à cette prise de conscience collective, une tendance émerge dans le secteur du retail : le zéro déchet. L’objectif est alors de diminuer sa production de déchets non seulement pour réaliser des économies, mais aussi pour réduire son impact écologique. De nouvelles pratiques accompagnent cette dynamique : acheter des produits en vrac, refuser les emballages, concevoir ses propres produits… Pour les géants du retail, cette tendance souligne de nouvelles opportunités d’évolution, plus vertes et responsables.

Le zéro déchet, nouveau mode de vie des consommateurs

En parcourant les réseaux sociaux, il n’est pas rare de voir des publications de consommateurs comme de marques avec le hashtag #zerodechet ou #zerowaste. Que ce soit une nouvelle technique pour faire sa lessive soi-même ou un nouveau commerce pour se procurer des produits sans emballage, les conseils et les astuces fusent en ligne.

Dynvibe, l’observatoire des consommateurs sur les réseaux sociaux, explique que cette tendance zéro déchet résulte non seulement de la démocratisation du bio et du désir de consommer des produits d’une meilleure qualité, ainsi que du phénomène “slow life”. Il consiste à remettre en question son train de vie et réévaluer ses priorités, notamment en prenant en compte la protection des ressources de la planète. Cela implique de ne plus seulement être consommateur, mais également acteur d’un véritable mouvement anti-gaspillage.

Il convient donc de dire que le zéro déchet dépasse le simple statut d’effet de mode et s’inscrit comme une véritable révolution dans la façon de consommer. Désormais, transparence et engagement responsable sont de rigueur : selon une étude européenne sur la consommation en 2020-2021 réalisée par Oney et OpinionWay, 90 % des consommateurs attendent des marques qu’elles s’engagent et les aident à mieux consommer.

Les géants prennent le virage du zéro déchet

Face à ces modes de consommation en pleine mutation, les grandes entreprises du retail doivent apporter des solutions majeures et durables afin de devenir les acteurs responsables du monde de demain. Cela leur offre de nouvelles opportunités : toucher une nouvelle audience, s’introduire sur un nouveau marché en plein essor… Toutefois, cela n’implique pas seulement de proposer des produits zéro déchet, mais aussi de revoir toute sa chaîne de production et ses modes de distribution.

Une initiative prise en 2019 par plus de 25 géants de la distribution avec Loop. Au départ lancée comme une plateforme d’e-commerce, son concept est innovant : des grandes marques comme Carrefour, Coca-Cola ou Danone y proposent des produits dans des emballages consignés, recyclables et réutilisables. Ils sont alors livrés au domicile du client et la consigne est remboursée lorsqu’il a rendu l’emballage, qui a été récupéré chez lui ou qu’il a rapporté en magasin.

Toutefois, l’offre a été réduite aux magasins physiques et n’existe plus en e-commerce. Derrière ce changement, un objectif : « développer une offre de produits plus importante avec les partenaires et de proposer prochainement une expérience "zéro déchet” enrichie » expliquait Carrefour dans un communiqué. D’ici fin 2025, l’enseigne souhaite arriver à 500 magasins proposant du réemploi et de la consigne, ainsi que 1 000 produits avec un emballage réutilisable.

Pour revoir leur modèle et prendre progressivement le virage du zéro déchet, certains géants décident plutôt de s’entourer de start-ups ou PME innovantes. Cdiscount a par exemple adopté les emballages connectés de LivingPackets ainsi que les colis réutilisables de Hipli. Le but est d’offrir une plus longue durée de vie aux colis.

Même dynamique chez Amazon. « Nous essayons d’optimiser les contenants. Le machine learning et un algorithme de packaging permettent de proposer un gabarit d’emballage adapté au produit », explique à LSA Toufik Meddour responsable du développement durable des centres de distribution de l’entreprise américaine pour l’Europe. Il informe aussi que depuis cinq ans, Amazon travaille sur une redéfinition intégrale des processus de conditionnement. Un élément important lorsqu’on sait que pour 92 % des consommateurs interrogés par l’Ipsos en février 2021, les emballages des colis reçus doivent utiliser la juste quantité de matériaux.

Il convient donc de dire que la tendance du zéro déchet s’installe progressivement et durablement, autant dans le secteur du retail que dans la société en elle-même. À leur tour, les entreprises réalisent petit à petit les changements nécessaires pour intégrer ce marché en pleine expansion et attirer de nouveaux consommateurs.