Les nouvelles technologies de forage permettent d’exploiter des sources de pétrole auparavant inaccessibles. Cela pourrait permettre de retarder l’épuisement des stocks mondiaux de pétrole brut, avec également des conséquences sur le prix du baril.

Le pétrole : une ressource épuisable et difficilement accessible

À l’heure où les enjeux écologiques sont plus pressants que jamais, la question du pétrole continue d’être posée. On le sait depuis plusieurs décennies, les ressources en pétrole de la planète seront un jour finies. Plutôt qu’un épuisement total des stocks, il s’agira d’un manque de moyens : les gisements restants seront trop profonds, ou trop difficiles à exploiter pour les producteurs. Cela se répercutera sur les mouvements de prix du baril de brut dans les prochaines décennies.
Il faut cependant se rappeler que les technologies d’extraction du pétrole ont évolué avec les besoins humains. Le premier puits de forage américain, installé en 1829, était encore très rudimentaire. L’invention de la foreuse rotative, en 1845, a commencé à moderniser le processus. Dans les années 1920, des liquides ont été ajoutés aux fluides de minage, comme l’oxyde de fer, afin d’accélérer encore le processus. En 1960, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) a été créée, elle a permis de partager encore plus largement les techniques, jusqu’à l’avènement du forage sonique à la fin des années 1990.

Dans la même catégorie

En 2019, des technologies qui continuent de se développer

Depuis, les technologies liées à l’extraction de pétrole n’ont cessé de progresser, à un rythme
cependant moins soutenu que pendant l’âge d’or de l’exploitation pétrolière. Mais aujourd’hui, un nouveau besoin a poussé les exploitants à moderniser encore leurs techniques : l’épuisement progressif des gisements et le développement de technologies de production des énergies alternatives. Tout cela a incité les producteurs à trouver de nouveaux moyens d’accéder aux ressources.
En Mer du Nord, les exploitants peuvent maintenant avoir accès plus facilement au pétrole. Le forage en mer s’est ainsi modernisé grâce à l’utilisation de conduits en fibre optique, qui permettent de recevoir des informations en temps réel sur le processus. Les valves de sécurité ont également été mises à jour : elles permettent d’exploiter des puits plus anciens de manière simplifiée. Globalement, ce sont les technologies de surveillance qui ont profité de ces dernières évolutions. La visualisation de données en temps réel permet d’opérer ces coûteuses machines de manière plus efficace.

Quelles conséquences sur le prix du pétrole ?

Ces modernisations des technologies de forage auront bien sûr une conséquence sur le prix du baril de brut. Elles pourraient permettre aux exploitants de gagner quelques années avant d’atteindre l’épuisement des stocks. Avec à la clé, une envolée du prix du pétrole qui pourrait être moins brutale que prévu. Ces nouvelles technologies auront également une conséquence plus large : elles permettront d’exploiter des territoires auparavant jugés inaccessibles, notamment aux États-Unis. Et rééquilibrer ainsi la balance entre ce pays et l’OPEP, car ils ont renforcé leur concurrence ces derniers mois.
Ce qui est certain, c’est que les exploitants de pétrole souhaiteront jouer leurs dernières cartes avant de cesser la production, tant le domaine est lucratif. Toute la question est donc de savoir combien de temps ils parviendront à repousser l’échéance, et à continuer de produire des barils pour une population mondiale avec des besoins toujours croissants.