De nombreuses entreprises se sont rendu compte que leurs publicités YouTube étaient diffusées sur des chaînes faisant la promotion de la violence.

Ce n’est pas évidemment pas la première fois que YouTube fait face à une telle problématique. Régulièrement, la plateforme est accusée de ne pas fournir un niveau de modération suffisant. Au mois de novembre dernier, plusieurs annonceurs avaient décidé de retirer leurs publicités après que deux médias américains aient révélé que des vidéos humiliantes et des commentaires à caractères pédophiles se trouvaient sur la plateforme. Si les annonceurs ont pris cette décision il y a environ six mois, YouTube ne semble pas avoir réglé le problème pour autant.

Pour rappel, diffuser de la publicité avant une vidéo sur YouTube est un moyen de se rémunérer pour les créateurs de contenu. Dans ce cas, cela signifie que ces internautes malveillants ont pu profiter du système de monétisation de la plateforme en diffusant des vidéos contraires au règlement.

Dans un article daté du 19 avril, CNN révèle qu’environ 300 annonceurs ont découvert que leur publicité était diffusée aux côtés de vidéos dont les contenus n’étaient pas respectueux des règles de YouTube. Dans le lot, le média mentionne des vidéos faisant la promotion de la pédophilie, du nazisme, ou encore de la propagande nord-coréenne. De fait, des marques telles que Amazon, Adidas, LinkedIn ou encore Netflix ont peut-être financé ces créateurs de contenu malveillant. Des publicités issues de cinq agences gouvernementales, telles que le département du Transport et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont également pu contribuer de la sorte.

Si Under Armour a directement indiqué qu’il suspendait sa collaboration avec YouTube, d’autres marques ont indiqué qu’elles enquêtaient sur la situation.

Pour sa part, YouTube a indiqué dans un communiqué : « Nous nous engageons à travailler avec nos annonceurs et à bien faire les choses ».

MISE À JOUR – 20 avril, 15h20 : Dans un communiqué que nous avons reçu par mail, un porte-parole de YouTube France précise : « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les annonceurs pour apporter des changements significatifs à la manière dont nous abordons la monétisation sur YouTube, grâce à des conditions plus strictes, de meilleurs contrôles et une plus grande transparence. Lorsque nous constatons que des publicités sont associées par erreur à un contenu qui ne respecte pas nos règles, nous les retirons immédiatement. Nous savons que, même lorsque des vidéos respectent nos règles publicitaires, elles ne conviennent pas forcément à toutes les marques, mais nous nous engageons à travailler avec nos annonceurs afin d’y remédier ».