Des échanges concernant la naissance de la 5G commencèrent en 2013 lorsque la Commission Européenne décida de lancer un partenariat privé-public. En terme financier, jusqu’à la finalisation du projet, un budget de 700 millions d’euros sera investi dans ce partenariat par le biais du programme de recherche et d’innovation européen, Horizon 2020.

La 5G, c’est un pas de plus dans l’avancée technologique des réseaux de communication. Et cette avancée sera réalisée par le berceau européen. Si la 5G rempli ses devoirs autant sur un plan social qu’économique, 113,1 milliards de profit par an sont prévus jusqu’en 2025 pour l’économie européenne. Outre l’aspect financier, ce projet a pour but de réduire notre dépendance technologique aux États-Unis et à l’Asie en reprenant le leadership.

GUIDE : 5G, futur des usages mobiles : voici tout ce qui va changer.

Il faut savoir que lorsqu’une génération passe d’un réseau à un autre, un long processus est mis en place pour aider à cette transition. Par exemple, lorsque nous sommes passés de la 3G à la 4G, les équipementiers ainsi que les opérateurs ont intégré tout au début des spécifications très avancées de la 3G dans la 4G avant de dévoiler le grand jeu. D’ailleurs, le déploiement précoce de la 5G lors des JO d’hiver 2018 en Corée à Pyenongchang a utilisé plus des technologies avancées de la 4G comme la 4.9G et quelques parties de la 5G. Ces technologies marquent donc plus une évolution qu’un passage radical à la 5G.

Ce que dit le rapport d’Enjeux de l’ARCEP

L’ambition de la 5G (après avoir lu le Rapport d’Enjeux de Mars 2017 de l’ARCEP) est de répartir avec une forte densité les connexions sur tout le territoire. Ce service est surtout lié à l’Internet des Objets en raison de leurs débits restreints alors que son marché enfle de jour en jour. L’autre objectif est d’instaurer un ultra haut débit pour pouvoir avoir accès à tout type de contenu en instantané. Les utilisateurs ont besoin d’une réactivité extrêmement nerveuse autant en termes de connexion que de transmission de messages. Par exemple, les transports en commun empruntés constamment. La couverture du réseau y est souvent faible alors que le temps de cerveau disponible pour visionner des contenus est très important.

On peut donc en déduire qu’il y a un saut de performance par rapport aux réseaux de la 4G. Naturellement, tous les grands de la télécommunication communiquent sur cet aspect. Orange, en partenariat avec Nokia pour ce projet, promet un haut débit mobile amélioré jusqu’à 10 fois plus rapide que la 4G. Cette évolution lui permet également d’axer une partie de sa stratégie à couvrir des zones difficiles où il y a des besoins. Prudent, le géant de la télécommunication déploiera le réseau 5G en 2019 auprès de quelques villes pilotes avant de réaliser le rand déploiement prévu en 2020. De son côté, Bouygues Telecom, l’autre géant de la télécommunication en partenariat avec Huawei travaille sur un débit maximal de 1 Gb/s.

Le grand pas en avant de la 5G est non seulement de permettre aux utilisateurs d’avoir accès à un réseau beaucoup plus fiable, quelque que soit l’environnement, mais aussi d’augmenter l’efficacité énergétique pour éviter que les batteries ne se vident en quelques minutes.

Lors du lancement de 2020, il faudra attendre que les deux fréquences que sont la 4G et la 5G restent séparées. En effet, la 5G ne va pas remplacer la 4G d’un coup, mais progressivement pour faire basculer la 4G sur la 5G.