C’est une information relayée par Kerry Flynn, une rédactrice du site Mashable : un marché noir des badges de certification Instagram, Facebook, etc. a lieu depuis plusieurs années. Il faut rappeler que les badges de certification, l’icône bleue, permettent de légitimer un compte social d’une marque, d’une personnalité politique ou tout autres influenceurs (journalistes, blogueurs populaires, etc.).

« D’une bouteille de vin à plusieurs milliers de dollars […] » ce serait le prix à payer pour obtenir ce Saint Graal des community managers et influenceurs vivant de leur blog/vlog. Car derrière la « gloire » virtuelle se cache surtout une visibilité accrue dans le moteur de recherche et des fonctionnalités spécifiques à ce statut. Or qui dit visibilité, dit une portée beaucoup plus grande et donc des vues ou des visites multipliées et la possibilité de monétiser une publication Instagram beaucoup plus chère. Bref le nerf de la guerre du marketing d’influence

Je veux dire, si Mashable veut payer, je peux vous délivrer un badge de certification pendant la nuit. – Extrait d’un échange sur Twitter entre Kerry Flynn et un employé d’Instagram.

Contrairement à Facebook ou Twitter où chaque personne peut faire la demande de vérification, Instagram ne le permet pas. Selon les sources de la rédactrice, il est très compliqué pour un influenceur connu pour monétiser son compte d’obtenir ces badges de certification bleu. Pourtant si l’on s’intéresse au-dessous de l’influence, on connaît rapidement le prix d’une publication Instagram d’Enjoy Phœnix qui s’élève à plusieurs milliers d’euros. L’influenceuse ne s’en cache pas si l’on prend cette publication postée en mai dernier pour la marque MAC :

1 500$ pour Facebook, 2 500$ pour Twitter et 6 000$ pour Instagram, c’est la grille tarifaire transmise à la rédactrice de Mashable. La personne proposant ces prix travaille à son compte et fait le lien avec des employés internes aux plateformes sociales. Ces derniers prendraient une commission sur le tarif allant de 60 à 80%. À ces prix-là, le marché noir des certifications devient juteux. Selon la complexité du compte à le faire certifier, le prix augmente et le délai d’obtention s’agrandit. De ma propre expérience, j’ai vu l’un des comptes d’un client obtenir ses badges de certification Facebook et Instagram en seulement deux jours et sans passer par ce marché noir.

À la lecture de l’article de Mashable, je n’ai pas du tout été étonné. Sans pour autant le prouver officiellement, on s’aperçoit en France également des dérives. Des vieilles pages Facebook se faisant racheter, puis obtenir la certification quelques jours après alors que le contenu est inexistant. Dépenser beaucoup d’argent dans la publicité et connaître les bonnes personnes (les deux étant liés) permet d’obtenir rapidement la certification.

Le retour sur investissement peut être très bon au prix de vente des publications sponsorisées. L’influence sociale se retrouvant alors biaisée et les audiences b… ?

Source : Kerry Flynn de Mashable.