Depuis plusieurs jours, deux sociétés appartenant au groupe pétrolier Marquard & Bahls, basé à Hambourg, luttent contre des cyberattaques. Les systèmes d'approvisionnement en essence des terminaux pétroliers Oiltanking ont été touchés. En Allemagne, les stations-service Shell « fonctionnent avec une capacité limitée ».

L'approvisionnement en essence est paralysé et les stations-service Shell sont impactées

Shell tente de minimiser les perturbations en se tournant vers d'autres fournisseurs, mais les difficultés en approvisionnement son bien réelles. Un porte-parole d'Oiltanking a déclaré dans un communiqué de presse que : « le 29 janvier 2022, nos systèmes informatiques ont été piratés. Nous avons immédiatement pris des mesures pour renforcer la sécurité de nos systèmes et de nos processus et nous avons lancé une enquête à ce sujet. Les autorités compétentes et des experts indépendants nous accompagnent pour résoudre ce problème ».

Le groupe Marquard & Bahls qui détient le groupe Oiltanking, précise que malgré les difficultés en approvisionnement, la firme continue « d'exploiter tous les terminaux sur tous les marchés mondiaux ». Skytanking, une autre division du groupe qui fournit du kérosène aux aéroports, et qui opère actuellement dans 70 aéroports en Europe, en Afrique du Sud et en Inde, a également été touchée par la cyberattaque récemment menée. Les entreprises ont déclaré qu'elles étaient « déterminées à résoudre le problème et à minimiser l'impact aussi rapidement et efficacement que possible ».

La circulation des camions-citernes est perturbée

Étant donnée que les systèmes de chargement et de déchargement d'Oiltanking sont pour la plupart automatisés, la circulation des camions-citernes qui approvisionnent certaines stations-service du pays est perturbée. Le groupe allemand précise que l'approvisionnement n'est actuellement possible que dans une « mesure limitée et manuellement ». Si cela n'a pas encore été confirmé, plusieurs experts ont émis l'hypothèse que cette attaque pourrait être un ransomware. Une enquête est en cours.

Une affaire qui rappelle évidemment celle du Colonial Pipeline en mai 2021. Un oléoduc qui s'étend sur 8 000 kilomètres et qui approvisionne 45% du pétrole de la côte Est américaine entre le Texas et New York. Il peut transporter jusqu'à 3 millions de barils de carburant par jour. Le 7 mai dernier, la Colonial Pipeline Company a appris qu'elle avait été victime d'un ransomware. Le Colonial Pipeline a admis avoir payé 4,4 millions de dollars aux hackers, pour reprendre le contrôle des systèmes informatiques.