La veille. Depuis toujours, assurer une veille est une des étapes hebdomadaires ou quotidiennes importantes. Sur le net, nous n’échappons pas à la règle.

J’ai toujours été très friand de ce qu’il se passe ou se dit dans mon secteur. Je le suis toujours. Pourtant, aujourd’hui, entre les curateurs stars et la redite, ceux qui tweet sans lire, la veille est devenue un enjeu marketing, plus qu’une source réelle d’informations de qualité

Le but ? Être starifié, sanctuarisé, obtenir un maximum de visibilité, et surtout, la jouer (faussement) modeste.

Le veilleur, nouvelle star

Au départ, il y avait le RSS, un outil fabuleux, qui existe toujours, mais pas assez sexy. C’est un peu technique, et tout le monde n’a pas l’envie d’apprendre à s’en servir. C’est bien dommage, nous verrons plus loin pourquoi.

Donc, ce bon vieux RSS s’est vu peu à peu reléguer au fond de la salle remplacé par des sites censés vous rendre la veille plus simple, plus belle, plus glamour. Le premier qui me vient à l’esprit, c’est Scoop.it.

Une belle idée née sur les bords de la Garonne, me semble-t-il. J’ai testé scoopit, très tôt, avant son ouverture publique, et j’ai trouvé l’outil fabuleux. Vraiment. Un truc simple, ergonomique, tout y était.

Aujourd’hui, je n’en peux plus. Non pas du site en lui-même qui conserve toute son utilité (encore que, être sans cesse renvoyé vers scoopit, à un moment, ça devient gonflant pour l’internaute).

Le vrai souci, c’est ce qu’il s’est encore une fois passé lors de l’utilisation du réseau. Ce qui compte, ce n’est plus tant la qualité de l’information distillée, mais qui la distille ! Le veilleur est devenu une star.

Les sites tels que scoopit nous ont inventé les PPDA du web, véritables stars du pixel. Machin a dit ! Alors c’est vrai. Personne ne se soucie de savoir si Machin a lu. Mais Machin a dit. En plus, Machin n’a rien dit, Machin fait comme tous les autres, il ne fait que remettre encore et encore la même info dans la même boucle qui n’en finit plus de tourner.

Le web professionnel, c’est comme un manège, ça tourne sur lui-même, encore, et encore, et encore, et en…. Je vais vomir.

Star Academy

De fait, voilà que nous avons de nouvelles stars qui sont arrivées dans le paysage. Et quand on gratte un peu, que font ces gens-là ? Bah pas grand-chose. Le nez collé à l’écran toute la journée en quête du « scoop » (comprenez le dernier billet posté par tel ou tel site) pour être le premier à le diffuser. Super. Ça, c’est de la veille.

J’ai aussi fait ma veille de la sorte. Le nez dans le guidon, en diagonale, pif, paf, pouf, et moins de temps qu’il ne faut pour le cliquer, l’info est dans le tube. Voici donc à quoi ressemble une veille aujourd’hui (caricature inside) :

Canal Plus de veille

  • Plus fans
  • Plus de clics
  • Plus de prospects
  • Plus de retweet
  • Plus de 1ere position sur Google (??!!)
  • Plus de visiteurs
  • Plus de fans
  • Plus de meilleur inboud marketing
  • Plus de content marketing
  • Plus de taux de transformation
  • Plus de séduction
  • Plus de sexe
  • Plus de morts
  • Plus de ioT
  • Plus de #Fintech
  • Plus de #Startup
  • Plus d’argent
  • Plus de plus
  • Encore plus de plus

Bon. À un moment, ça va le plus. Et si on s’occupait du mieux ? Si je partais en quête de meilleurs contenus ? Parce que là, c’est l’ennui total.

Toutefois, j’ai eu besoin d’un peu de fraicheur, de nouveautés, et surtout, de sites qu’on ne voit pas tous les jours, avec toujours les mêmes sujets, et toujours les mêmes redites. Certes, tout n’est pas a jeter, il existe encore des billets de qualités, des personnes qui prennent le temps d’exprimer un avis, qui osent avancer une opinion.

Un plateau télé pour remercier le monde de croire en moi, moi, moi.

C’est sur ce contenu que les rapaces vont venir “bouffer” pour créer leur popularité, sans jamais s’engager, sans jamais donner d’avis, en restant bien lisse et poli avec tout le monde, que voulez-vous, un selfie avec une star (même ringarde), une soirée sur un plateau télé réalité, une coupe de champagne dans une soirée parisienne, ça vaut bien de se prostituer un peu et de mettre son avis de côté. 

Et puis, pour ces gens-là, il est inutile de discuter avec l’internaute. S’il n’est pas d’accord, c’est un troll. S’il insiste, c’est un con. Rien ne sert de perdre son temps avec ces gens-là. Il faut soigner son image, s’étonner faussement d’être dans tel ou tel classement, envoyer des bisous à sa communauté, bref, cirer les pompes.

J’en vois tous les jours qui tweet plus vite que leur ombre, des dizaines de tweet à l’heure. Lisent-ils ? Dernièrement, nous avons vu un tweet contenant un lien brisé être retweeté plus de 30 fois !!! C’est dire l’intelligence des personnes ayant relayé le tweet. il y en a, faut pas trop leur en demander.

Tout cela pourquoi ? Pour assurer sa propre visibilité. La quantité, plus que la qualité. Encore une fois, du marketing de masse. Je n’ai rien contre, cependant, c’est bien dommage de ne pas utiliser les possibilités que nous offre le net en terme de choix et de ciblage.

Il n’est plus question d’informer, mais bien plus de balancer tout ce qui passe et qui pourrait créer de l’engagement, dans le but ultime d’être repéré par une boite de com’ pour venir déguster des petits fours. Avant, ces gens-là auraient eu le droit à leur petit quart d’heure de célébrité, et tout le monde serait passé à autre chose. Aujourd’hui, nous devons faire avec, tous les jours.

Finissons sur une bonne note, il existe encore des comptes sur Twitter qui délivrent une info qualifiée. Je pense à Jérôme Deiss ou encore Patrice Hillaire, pour ne citer que les deux qui me viennent là de suite en tête.

Garder un oeil sur ce qui se diffuse via les réseaux sociaux, tout en ayant mis en place votre propre veille, c’est sans nul doute ce que vous avez de plus intelligent à faire.