voiture autonome

C’est le média TheInformation qui a révélé cette histoire. Quelques jours avant la collision mortelle entre un véhicule autonome de Uber et une cycliste en mars dernier dans l’Arizona, un cadre de la boite avait notifié des problèmes. Robbie Miller, gestionnaire des opérations concernant les voitures autonomes, avait écrit un mail de plus de 800 mots à sa hiérarchie. Il y dénonçait le manque de formation des chauffeurs et d’études sur les accidents préalables. Plusieurs mois après le drame, on apprend donc que Uber avait redoublé de maladresses quand à sa gestion des risques. Dans son mail de mars, Miller dénonce les mauvais comportements de l’opérateur, responsable des incidents (légers) qui avaient déjà eu lieu. Par ailleurs, il pointait le manque de formation de certains chauffeurs et la nécessité du retour d’un système à deux conducteurs. Si le leader du VTC l’avait écouté, l’accident n’aurait très probablement pas eu lieu.…

Une navette autonome baptisée Mia pour (« mobilité intelligente autonome ») et conçue par Navya, va être mise en service des routes ouvertes. Ce nouveau véhicule sera déployé sur le pôle d’activités des Gaulnes, en banlieue lyonnaise. La période de lancement devrait être début 2019, après avoir reçu les dernières autorisations. Il pourra notamment être utilisé par les 1500 employés que comprennent les différentes entreprises desservies. Cette expérimentation devrait durer deux années. Le mini bus autonome circulera gratuitement sur un trajet total de 1,2 kilomètre comprenant 6 stations. « Dès le début, le choix a été fait d’avoir une navette accessible à tout public et gratuite », précise Olivier Malaval. Il devra négocier notamment deux rond points et des feux tricolores pour une vitesse maximale de 25 km/h. Ce projet annoncé à l’occasion du salon de l’environnement Pollutec, est à l’initiative d’un trio d’entreprises dont Eiffage Énergie Systèmes, le constructeur Navya, et l’entreprise de transport Berthelet.…

Elon Musk, PDG sulfureux de Tesla, a annoncé sur Twitter l’arrivée pour 2019 de Superchargeurs encore plus performants. Cela devrait permettre aux véhicules électriques de parcourir des distances encore plus grandes, en moins de temps. Le constructeur automobile prévoit par ailleurs d’étendre son réseau de Superchargeurs, là aussi en 2019. Elon Musk a également observé dans un de ses tweets que Tesla, depuis ses débuts, avait largement étendu le réseau de bornes de recharge. Il a d’ailleurs déclaré dans ces mêmes tweets, s’attendre à doubler le nombre actuel de Superchargeurs d’ici la fin de 2019. Supercharger V3, which starts rolling out early next year, will also charge much faster— Elon Musk (@elonmusk) 19 novembre 2018 Il y a actuellement 11 414 Superchargeurs dans le monde, répartis sur 1 375 stations de charge. Les premières stations de charge ultra-rapide (120 kW) ayant été installées au cours de l’été 2014. Preuve de la…

Les résultats de l’essai sur les systèmes avancés d’assistance au conducteur (ADAS) viennent de sortir. Cet essai a été réalisé par la start-up Mobileye, spécialisée dans la recherche sur les véhicules autonomes. La start-up a lancé cette recherche à la suite de son rachat par Intel pour près de 15,3 milliards de dollars. Les résultats sont extrêmement positifs pour cet essai réalisé sur la compagnie britannique Abellio London. Ils révèlent une diminution des accidents de 29% ainsi qu’une diminution de 60% concernant les blessures, ce qui va de pair. La société est donc applaudie étant donné l’augmentation des accidents de poids lourds étudiée par la Federal Motor Carrier Safety Administration ces dernières années. Le système créé par la start-up met en place une caméra à l’intérieur du pare-brise du bus, mais aussi un écran dans la cabine du conducteur. De plus, des annonces sonores et visuelles sont remises au conducteur afin…

Voiture Jaguar Autonome avec Waymo
Les voitures autonomes représentent un marché d'avenir. Cependant, malgré les possibles avancements, la réticence face à l'utilisation de cette technologie sur les routes est toujours présente. En annonçant un nouvel accident, Waymo en profite pour expliquer que ce dernier est dû à la réaction du chauffeur à bord du véhicule et que la technologie du véhicule aurait tout simplement pu éviter l'accident.

Volkswagen innove et affiche une ambition forte : optimiser le trafic dans les grandes villes pour permettre aux utilisateurs de gagner du temps. Le constructeur automobile aimerait réaliser cette prouesse grâce à la puissance des ordinateurs quantiques. Son objectif est d’améliorer les performances des services de transports en commun, notamment les flottes de bus publics. D’après la marque allemande les systèmes quantiques pourraient remplacer les modèles de calcul existants. Contrairement aux systèmes quantiques, les modèles classiques sont limités et ne peuvent traiter qu’un certain nombre de tâches à la fois. Alors que, d’après le média Engadget, un ordinateur quantique pourrait prendre en compte les données de mouvement collectées à partir des smartphones ou des émetteurs provenant directement des véhicules. Dans un billet sur son blog, Volkswagen explique que les routes pourraient être beaucoup mieux gérées grâce à la technologie qu’elle utiliserait. Le constructeur allemand veut mieux servir les usagers, notamment…

Waymo a le droit de tester ses véhicules dans les alentours de Mountain View, Sunnyvale, Los Altos, Los Altos Hills et Palo Alto, dans un périmètre défini. The Verge précise que cette région est bien connue de la société puisque son siège social, le laboratoire X de Google, se situe au coeur de cet espace. De plus, le campus principal d’Alphabet se trouve aussi dans le coin, il sera donc possible à Waymo d’effectuer des tests au sein du campus. Ce permis délivré par le DMV de Californie, autorise la filiale de Google à expérimenter ses prototypes de jour comme de nuit, en ville comme en zone rurale. Les véhicules sont bridés à une vitesse maximum de 65 mi / h soit environs 100 km / h. Waymo affirme que ses véhicules sont largement capables de gérer en toute sécurité diverses conditions climatiques, comme le brouillard ou encore la pluie.…

Nvidia, entreprise leader dans les processeurs graphiques a rendu son rapport sur la sécurité de ses systèmes pour voitures autonomes à l’administration nationale de la sécurité autoroutière américaine. La société ne fabrique pas de voitures autonomes à proprement parlé, mais y contribue en fournissant des pièces à de nombreux constructeurs tels que Volvo ou Volkswagen. En effet, Nvidia produit les puces qui permettent aux voitures d’être autonome, contrôlant des aspects comme la vitesse ou l’interaction avec le conducteur. Ainsi, ces puces étant des éléments technologiques clés pour la construction des voitures autonomes, Nvidia a également rendu un rapport de sécurité à l’administration. Les résultats du rapport sont plutôt probants pour l’entreprise. Basé sur 4 produits et services de l’entreprise, tels que les puces permettant de contrôler l’autonomie du véhicule ou le traitement des données du conducteur, le rapport révèle des résultats intéressants sur l’interaction entre la voiture et le conducteur en…

Send this to a friend