publicité

Avec le développement des plateformes – Amazon, Facebook, Alibaba, Wechat – et leur ultra-personnalisation, nous sommes entrés dans une nouvelle ère de la commodité. La commodité n’est pas un phénomène nouveau, les marques ont toujours voulu simplifier la vie de leurs consommateurs, mais ces dernières années cela s’est accéléré. Plus qu’un moyen, la commodité deviendrait même une finalité. La commodité, c’est cette exigence du consommateur de tout avoir à portée de clic. C’est ce fantasme du guichet unique, celui qui optimise le temps et minimise l’effort mental en simplifiant nos choix. Ainsi, si hier on achetait des piles de marque au coin de la rue, aujourd’hui, le consommateur aura tendance à privilégier sa marketplace préférée qui lui propose, dans un parcours personnalisé, son private label. À titre indicatif à ce jour Amazon a développé 80 private labels, qui ont leur propre identité de marque à la différence des marques distributeurs.…

À l’approche des élections législatives européennes, Google vient soutenir et aider les électeurs dans leurs décisions. L’année 2019 est crucial car ce sont près de 350 millions de votants qui vont élire 705 membres au Parlement européen. Dès lors, Google s’engage à apporter les informations nécessaires aux citoyens qui souhaitent participer aux élections. De cette manière, chaque identité politique va être transparente. Pour ce faire, Google souhaite indiquer automatiquement l’identité du groupe ayant participé financièrement à la publicité politique qu’un internaute regarde. La recherche de la transparence politique Cet engagement traduit une volonté de transparence et d’utilisation des données des commissions électorales des États membres afin de faciliter la compréhension du votant. À terme, Google aimerait mettre en place un système indiquant toutes les informations possibles sur l’organisme responsable de l’achat de la publicité. Grâce à ce système, il serait même possible de connaître le prix de la publicité, ou…

C’est à présent officiel, après plusieurs lancements dans des pays anglophones, Pinterest propose son offre publicitaire en France. Les annonceurs vont donc pouvoir publier des épingles sponsorisées afin d’attirer de nouveaux acheteurs. Comme sur Instagram, les perspectives commerciales sont plus qu’intéressantes. Chaque jour, ce sont près de 3 millions d’idées, qui sont échangées sur ce réseau social, rien que dans l’hexagone. Pour quelles raisons Pinterest lance-t-il son offre publicitaire en France ? Que se passe-t-il lorsqu’un utilisateur de Pinterest épingle plusieurs contenus liés à un même centre d’intérêt ? Dans l’esprit d’un marketeur, la réponse est simple : il indique une intention d’achat. Ainsi, en utilisant le bon format publicitaire, les entreprises pourraient conquérir de nouveaux clients dès le début du processus d’achat. Adrien Boyer, le Country manager France de Pinterest a récemment déclaré : « Désormais, les annonceurs peuvent utiliser les épingles sponsorisées pour toucher les utilisateurs français de Pinterest, au moment où ils cherchent…

Un livre blanc pour connaître les derniers chiffres, les leviers et les stratégies efficaces pour promouvoir une application, réussir ses campagnes de publicités mobiles et obtenir le meilleur ROI. Nul besoin de s’épancher sur l’importance du mobile dans nos pratiques et usages actuels. 70% du trafic internet provient des mobiles et tablettes pour un tiers des achats qui se font désormais sur ces derniers. Il est d’ailleurs rare que le parcours d’achat échappe totalement au mobile, notamment dans la phase de recherche d’informations. Les mécaniques des applications mobiles en font de redoutables outils de relation client en même temps qu’elles simulent les conversions comme le souligne la dernière étude Ad4Screen. >> Télécharger le livre blanc Télécharger le livre blanc Télécharger le livre blanc

Giridhari Venkatadri, Piotr Sapiezynski, et Alan Mislove de l’Université Northeastern à Boston ont réalisé une longue étude afin d’observer quelles données pouvaient utiliser les annonceurs sur Facebook. Dans un dossier relayé par Gizmodo, il s’avère que le réseau social donnerait un accès à des informations de contact qui sont censées rester confidentielles. « Nous avons enquêté sur une série de sources potentielles d’informations nominatives, constatant que les numéros de téléphone et les adresses e-mail ajoutés comme descriptifs de profil, ceux fournis à des fins de sécurité comme l’authentification à deux facteurs, ceux de l’application Facebook Messenger pour les messages, et ceux inclus dans les bases de données de contacts téléchargées par les amis sont utilisés par Facebook pour permettre aux annonceurs de cibler les utilisateurs, » précise l’introduction de l’étude. Pourtant, Facebook assure que l’ensemble des données de contact d’une personne ne peut être utilisé que si elle en a…

Yahoo veut connaître vos habitudes d’achats. Le service de messageries scanne les mails de ses utilisateurs à la recherche de factures, ou autres informations sur leurs habitudes de consommation, dans le but de définir des profils et vendre ces derniers aux annonceurs. Les services de messagerie scannent souvent automatiquement les courriers pour lutter contre les spams et autres logiciels malveillants. Mais selon le Wall Street Journal, Yahoo se servirait de cette pratique à des fins commerciales. Ainsi, en plein débat sur la sécurisations des données, Yahoo revendrait les informations personnelles de ses 200 millions d’utilisateurs. Le WSJ a révélé qu’Oath, la branche publicitaire de Verizon (maison mère de Yahoo et Aol), serait en négociation avec les annonceurs afin de leur donner accès aux mails des utilisateurs. Un système qui permet de créer des publicités ciblées en analysant par exemple, les courriers commerciaux, comme des factures d’achat sur le net. Une pratique…

Les abonnés Netflix sont en folie. Comme le rapporte TechCrunch, le géant américain du streaming testerait l’insertion de vidéos promotionnelles entre le visionnage de deux épisodes d’une même série. Ces « publicités » sont des vidéos, diffusées en plein écran, qui en fonction de l’utilisateur et de ses préférences sont adaptées. Cette nouveauté n’est testée que sur un petit panel d’utilisateurs dans le monde, mais sur Twitter, ceux qui en font partie ne sont pas vraiment heureux de l’arrivée de ces vidéos promotionnelles. @netflix REALLY just played an ad between episodes of Grey’s Anatomy. Netflix officially ain’t shit. Ads AND they don’t have One Tree Hill? Bye Felicia. That’s it. I’ve had both for a while but @hulu has now taken over my household. — Sierra C. Johnson (@si8erra) 17 août 2018 Hey @netflix I can tolerate the ads at the top of my list of shows but between every episode I…

Send this to a friend