marketing

Du 1er juin au 10 septembre 2018, l’entreprise parisienne Golem.ai a mené son enquête auprès de 108 marketeurs afin de comprendre quels enjeux représentent l’intelligence artificielle pour eux au sein de leur travail. Sont-ils réellement à l’aise avec cette nouveauté qui, petit à petit, prend place dans de nombreux domaines ? Quels sont les freins ou les motivations liés à son développement ? Tout d’abord, il faut savoir que cette science est présente dans notre monde depuis un bon moment déjà. En effet, les premières traces remontent aux années 1950, dans un article d’Alan Turing nommé « Computing Machinery and Intelligence », dans lequel le mathématicien explore le problème de définir si une machine est consciente ou non. Dès lors, elle n’a cessé d’évoluer et de nous bluffer. Notamment dans le domaine médical, où elle est désormais capable de détecter Alzheimer 6 ans avant un diagnostic réalisé par l’Homme, mais également de détecter Parkinson…

Les marques sont à la croisée des chemins et font désormais face à un choix : améliorer leur expérience client et prospérer ou l’ignorer et, tôt ou tard, disparaître. L’innovation technologique et les attentes des jeunes générations ont changé les paradigmes du secteur du retail à l’international mais l’enjeu demeure le même pour tous les retailers : garder le contact ! Le monde, une vision uniforme de l’expérience client ? Alors que le terme d’expérience client est au cœur des problématiques françaises, l’innovation n’en demeure pas moins réelle dans les points de vente aux quatre coins du globe. A ce titre, l’étude que nous avons mené grâce à nos experts internationaux se base sur le point de vue du client qui entre dans un magasin et elle s’attarde à découvrir, à travers de nombreux exemples, les grandes tendances qui en ressortent. Même si l’expérience client moyenne d’un magasin sera différente…

À la croisée du digital et du marketing, le data-driven marketing s’affranchit des études pour mieux s’éclairer par les données : plus d’informations récoltées, traitées plus rapidement, plus efficacement et avec davantage de finesse : le data-driven marketing annonce une nouvelle ère où un ciblage intelligent se substitue à une communication de masse. Mais si la data permet de personnaliser les messages, elle permet également de réhabiliter l’efficacité des stratégies marketing en offrant aux retailers l’approche ROIste qu’ils réclament depuis longtemps. Les avantages d’une stratégie de data-driven marketing Aujourd’hui, les points de vente ont un handicap par rapport au e-commerce : ils sont aveugles. En effet, là où le commerce en ligne permet de mettre en place des solutions d’analyse des données pour mieux connaître les habitudes des consommateurs, améliorer le parcours client et obtenir un taux de conversion plus élevé, les magasins physiques sont privés de cette si précieuse data. Or, le…

Sixième chronique d’une série de huit textes sur l’évolution de l’expérience client en point de vente de 1800 à 2050, mon objectif est d’éclairer les lecteurs sur différents changements et innovations qui ont jalonné l’histoire du marketing en point de vente. Lire les précédants articles sur le sujet. 2000 – 2010: le digital révolutionne l’expérience client! L’essor d’un nouveau géant ! Alors que l’histoire du retail jusqu’alors était intégralement physique, l’avènement d’internet offre enfin aux premiers e-commerçants le statut qui leur revient : celui de visionnaires ! Pour autant, l’un des exemples les plus frappants des tâtonnements de ces e-stores provient sans doute du krach spectaculaire de Boo.com, premier site e-commerçant à être alors ultra-médiatisé. Le concept de base est simple : « vendre via internet des vêtements de marques et de créateurs à une clientèle jeune, urbaine et technophile » et les investisseurs déraisonnables sont nombreux ; malgré les sommes dépensées – on parle d’entre 120 et…

Quand Orangina s’associe à l’agence Buzzman cela donne un coup de génie marketing ! Une canette à l’envers. Comme beaucoup d’entre vous ont dû le remarquer, ces dernières semaines la canette Orangina a bien changée, elle s’est inversée… En effet, Orangina a inversé l’ouverture de pas moins de 40 millions de canettes, créant ainsi la première boisson à l’envers. Cette ouverture en plus d’être originale et de marquer les esprits, force son heureux propriétaire à retourner sa canette et donc à secouer sa boisson, ce qui en libère son bon goût ! Il n’y a pas à dire c’est ingénieux et original ! Seulement voilà, où est le bad buzz là-dedans ? Innovante certes, cette ouverture à elle seule aurait pu faire parler la toile et intriguer. Mais cela n’a pas semblé suffisant à la marque qui a décidé d’aller bien plus loin tout en se moquant légèrement de nous, les internautes : « Aujourd’hui,…

Il existe chez certains des éclairs de génie ou ont tout simplement l’intelligence de projeter des évidences. Justement, des évidences toujours actuelles sont le contenu d’un livre publié en 2000… Ce dernier a servi de référence dans le marketing conversationnel : The cluetrain manifesto. Il a été rédigé par Rick Levine, Christopher Locke, Doc Searls, et David Weinberger. L’édition recueille 95 thèses sous forme d’évidences, des projections hébergées sur leur site en 1999 et dont beaucoup d’entre elles paraissent plus que réelles aujourd’hui ! We are immune to advertising. Just forget it. – The cluetrain manifesto Nombreuses de ces évidences mettent l’aspect conversationnel et communautaire en avant. Ne serait-ce que la toute première : « Markets are conversations ». Une phrase très large qui pouvait paraître floue dans les années 2000, mais qui prend tout son sens avec l’apparition des réseau sociaux et surtout leur hégémonie auprès des marchés. En lisant chacune…

Diffusé depuis quelques mois, le spot TV d’Amazon faisant la promotion de son service « Premium » pour recevoir en 1 jour ouvré quelques millions d’articles résonne encore et effraie tous les commerçants ! Leurs craintes sont-elles justifiées ? « Quand un foyer américain sur deux est déjà abonné à Amazon Premium. Et quand en France ils sont déjà 2,5 millions et 4 d’ici la fin de l’année selon les propres prévisions d’Amazon, qu’avons-nous comme choix pour riposter ? », nous confie Patrick Robin, entrepreneur multi-récidiviste, Business Angel et également Vice-président de France digitale. En janvier 2016, il lance EasyLife Premium avec la promesse d’offrir les frais de livraison et de retour sans minimum d’achat, toute l’année, pour toute la famille, sur des centaines de marques et de marchands en ligne… pour 49€ par an ! Carrefour, Etam, Spartoo, Oscaro, Galeries Lafayette ont déjà signé chez EL’P et la liste va s’allonger d’ici quelques semaines pour couvrir toutes les…

Send this to a friend