Tag

loi

Les achats sur le web pourraient bien vous coûter plus cher. La controversée, proposition de loi « Pacte national de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs », prévoyant notamment une taxe sur la livraison de produit a été adoptée par le Sénat. Le texte, porté par Martial Bourquin (PS), Rémy Pointereau (LR), a été voté par 288 voix pour et zéro contre, avec l’abstention du groupe LREM, des radicaux, et des communistes. Le but étant de protéger les commerces de proximité. L’article 27, relatif à la taxation sur les livraisons, a cependant été atténué par rapport à sa version initiale. Le texte avait provoqué de vives réactions. La fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), dénonçait une mesure qui entraînerait un coût supplémentaire pour les consommateurs. Les sénateurs ont finalement préféré une version moins contraignante pour le porte-monnaie des acheteurs. À la place d’une taxe de 0,5€ par kilomètre pour…

Avec Amazon Map Tracker il est possible de suivre en temps réel la livraison des colis

La livraison des achats en ligne bientôt taxée au kilomètre…

GDPR / RGPD : les fondamentaux à respecter

Le RGPD, Règlement Général sur la Protection des Données, est…

Le gouvernement français a mandaté Anne-Marie Idrac afin de recommander une stratégie sur les voitures autonomes. Les Échos ont obtenu les premiers éléments de ce rapport fixant pour objectif la mise en circulation de systèmes autonomes dès 2020. Ancienne secrétaire d’État aux Transports, passée par la SNCF et la RATP, Anne-Marie Idrac avait été nommée « haute responsable pour la stratégie nationale de développement des véhicules autonomes » au mois de novembre. « C’est une vision commune de l’ensemble des acteurs français sur la stratégie que doivent adopter les pouvoirs publics, » a-t-elle déclaré aux Échos. Il faut aller vite, car introduire plus de technologies sur les routes demande un cadre très précis qui englobe plusieurs domaines. Il y a la cybersécurité, la qualité des infrastructures télécom avec le lancement de la 5G, les techniques de cartographie, les lois et le Code de la route. Le tout devant être accordé…

Réunis à Sofia en Bulgarie en marge de l’Eurofin, les…

nom de domaine france.com

Souvent, les noms de domaine à forts potentiels sont déjà…

Ce n’est désormais plus qu’une question de jours : le Règlement général sur la protection des données privées, ou RGPD, entre en vigueur le 25 mai. Pourtant, la majorité des IT managers estime encore ne pas être prête pour le 25 mai. Au lendemain du scandale Cambridge Analytica, il devient plus qu’urgent de se mettre en conformité avec ces nouvelles règles : ne pas être prêt à temps peut impacter fortement l’image de marque. Voici un rappel et des conseils pour se préparer au plus vite. Protéger les données personnelles des citoyens européens Un bref rappel : le RGPD (GDPR en anglais) est un règlement européen qui vise à protéger les données des citoyens européens. Il succède à la législation actuelle, qui a été introduite avant l’avènement du numérique et la pratique consistant à récolter des données via divers canaux. Le RGPD permet ainsi d’imposer un cadre à l’utilisation croissante…

Mark Zuckerberg congres parlement
congress usa

La très décriée, proposition de loi LREM visant à protéger le « secret des affaires » a été adoptée à 46 voix contre 20 en première lecture à l’Assemblée. Les députés macronistes souhaitent ainsi transposer une directive européenne adoptée il y a deux ans. La gauche qui a voté contre n’est pas parvenue à rejeter le texte soutenu par la majorité et la droite. Le texte sera débattu au Sénat le 18 avril. D’après Raphaël Gauvin, rapporteur LREM de la loi, il s’agit de « protéger nos entreprises contre l’espionnage économique, le pillage industriel ou la concurrence déloyale ». Le texte rend ainsi illicite « l’obtention, l’utilisation ou la divulgation » d’une information qui n’est pas « connue ou aisément accessible », « revêt une valeur commerciale […] parce qu’elle est secrète » et « fait l’objet […] de mesures de protection raisonnables » par l’entreprise. Le texte propose cependant des exceptions à…

obsolescence programmée : un projet de loi de l'union européenne

La Californie a annoncé le vote d’une loi fédérale qui…

Téléphones collège

Un article législatif interdisant les téléphones portables dans les collèges…

Le gouvernement du Royaume-Uni a décidé de mettre en place une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros (17 millions de livres) pour les entreprises ayant une cybersécurité défaillante. Cette amende est prévue pour les sociétés exerçant dans une industrie jugée ‘critique’ comme les transports, la santé, l’énergie, ou les infrastructures numériques. L’objectif du gouvernement est de pousser ses entreprises à se mettre en règle avec les recommandations du NIS, ou la directive Network and Information Security de la Commission Européenne. Cette directive va être transplantée dans la loi du Royaume-Uni et si l’amende est prévue d’être appliquée en dernier recours sa mise en place est préparée depuis le mois d’août 2017, et beaucoup de sociétés vont devoir montrer patte blanche. En effet, en cas de hack, de nombreux éléments vont être examinés comme la coopération avec les autorités, les actions mises en place pour remédier à la situation, et…

Facebook

Après une période gracieuse accordée depuis le mois d’octobre 2017,…

Apple Jersey

La récente diffusion des « Paradise Papers » a mis en lumière…

Une intelligence artificielle du nom de CaseCruncher Alpha s’est battue contre 100 des meilleurs avocats de Londres lors d’un défi. L’évolution des intelligences artificielles peut parfois laisser sans voix. Il y a quelques jours, l’Arabie Saoudite a accordé la nationalité de son pays à un robot lors de la conférence « Future Investment Initiative » tenue à Riyadh. Cette décision a fait de Sophia le premier robot citoyen au monde, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle ère qui dépasse les utilisations de robots industriels pour faire d’eux des robots humains. Il n’y a qu’à voir comment Sophia s’exprime pour saisir à quel point ses expressions faciales ressemblent à celles d’un être humain. Difficile de ne pas imaginer des robots exercer nos métiers et se promener dans les rues d’ici quelques décennies. À propos des métiers que pourraient bientôt pratiquer les robots, la BBC a rapporté un défi majeur qui…

Fraude publicitaire

La fraude publicitaire est un sujet qui fait de plus…

photos retouchées avant après

Présenté en mai 2017, le décret concernant les images retouchées…

Le 13 juin prochain, l’ensemble des e-marchands français va devoir appliquer une nouvelle loi : la Loi Hamon. Il s’agit en fait de la transposition d’une directive européenne visant à l’harmonisation des lois relatives à la vente à distance. En effet, de plus en plus de e-commerces se lancent à la conquête du marché européen et font face à des problématiques telles que les différences de livraison, de paiement ou encore les différents droits de rétractation. C’est pourquoi il était nécessaire d’instaurer une réglementation claire pour les e-commerçants européens et c’est ce que tente de faire cette nouvelle Loi Hamon avec plus ou moins de succès. Alors, on nous parle de droit de rétractation, de tunnel de commande, de formulaires… et j’en passe ! Mais qu’en est-il vraiment ? Et quels seront les véritables impacts pour les e-commerçants français ? Focus sur la Loi Hamon – Le délai de rétractation passera de 14 jours…

Send this to a friend