Libra : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Libra

Depuis son lancement officiel en juin dernier, la cryptomonnaie de Facebook inquiète. Alors qu’aux États-Unis, le projet de loi Keep Big Tech Out of Finance Act cherche purement et simplement à bannir les réseaux sociaux du monde de la finance, la Commission Européenne décide également d’enquêter sur la Libra de Facebook. Le caractère anticoncurrentiel de la Libra inquiète Les régulateurs de la Commission Européenne ont déclaré qu’ils étudiaient actuellement le comportement potentiellement anticoncurrentiel de la cryptomonnaie de Facebook. L’organe de sécurité s’inquiète de l’éventualité que Facebook puisse mettre hors jeu ses concurrents, par le biais de ses différents services. Pour le moment, l’enquête n’en est qu’à ses débuts et elle pourrait durer de longs mois. La Commission Européenne examine actuellement la composition exacte des membres de la Libra Association. Une association totalement indépendante et spécialement conçue à cet effet. Actuellement, il n’y a pas de charte sur comment devra être…

Un projet de loi à l’initiative des démocrates est en cours d’étude aux États-Unis. Ce dernier viserait à bannir les réseaux sociaux de l’industrie de la finance. Son petit nom est plutôt explicite, il se nomme Keep Big Tech Out of Finance Act. Pour mettre fin à la cryptomonnaie lancée par Facebook, les démocrates espèrent bien que cette loi verra le jour dans les semaines à venir. Le développement de Facebook inquiète C’est indéniable : la Libra dérange. Récemment, le gouvernement américain demandait à Facebook de mettre en pause sa cryptomonnaie, pour analyser les risques en matière de vie privée. Avant toute progression dans ce projet, le Comité des banques de la Chambre, dirigé par la démocrate Maxine Waters, aimerait observer le potentiel danger en matière de sécurité nationale et de politique monétaire, non seulement pour les 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, mais également pour les investisseurs, les consommateurs et, plus largement,…

Facebook ne pouvait pas s’en tirer à si bon compte après l’annonce retentissante du lancement de la monnaie Libra, avec 27 partenaires, et son application de portemonnaie Calibra. C’est ainsi que le Séant américain fixé la date d’une audience afin d’évoquer le fonctionnement de la monnaie avec la Blockchain Libra, et de répondre à des questions sur la protection de la vie privée des utilisateurs de Calibra. Distinguer Libra et Calibra Il faut bien distinguer Libra, Calibra et le pouvoir de Facebook sur ces deux éléments. Pour faire simple, la Libra est une monnaie lancée derrière une organisation comprenant une trentaine de partenaires. La société de Mark Zuckerberg n’a qu’une voix, égale aux autres, pour la prise de décision. En revanche, Calibra est une application, du même type que PayPal, qui sera intégrée à l’écosystème du réseau social (WhatsApp, Facebook, Messenger), avec une version iOS et Android. Là, c’est Facebook…

C’est officiel : le bitcoin va avoir de la concurrence. Depuis plusieurs années maintenant, Facebook prévoit de lancer sa propre cryptomonnaie. Cette fois-ci nous sommes très proches d’un lancement. D’après The Information, le géant des réseaux sociaux pourrait lancer son Facebook Coin dans les semaines qui viennent. Considérée comme l’une des plus grandes entreprises de publicité au monde, avec Google, Facebook pourrait totalement révolutionner l’utilisation et le développement des cryptomonnaies. En effet, il s’avère que le réseau social pourrait offrir des bonus aux marques qui utiliseront sa monnaie virtuelle. Si ces primes sont suffisamment intéressantes, nous pourrions imaginer qu’une majorité des entreprises travaillant avec Facebook s’y mettraient. Ce n’est pas tout, l’entreprise de Mark Zuckerberg veut aller plus loin et proposer à ses salariés d’être rémunérés dans cette nouvelle devise. Ce serait une grande première. Facebook ne développe pas cette cryptomonnaie tout seul dans son coin, il travaille avec des…

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le géant des réseaux sociaux est en train de développer sa propre cryptomonnaie. C’est un projet encore un peu secret, mais Facebook commence à laisser fuiter quelques informations à ce sujet. Ross Sandler, analyste chez Barclays a récemment déclaré que le Facebook Coin pourrait représenter près de 17 milliards d’euros de revenus supplémentaires à la société de Mark Zuckerberg. D’après les estimations prudentes de Facebook, sa cryptomonnaie pourrait représenter 2,65 milliards d’euros d’ici 2021. Pourtant, Ross Sandler est persuadé que le Facebook Coi pourrait valoir beaucoup plus. Il explique que « nous pensons que le simple fait d’établir cette source de revenus pourrait commencer à changer le cours des actions Facebook ». Il ajoute cela : « toute tentative de générer des sources de revenus en dehors de la publicité, en particulier celles qui n’abusent pas de la vie privée des utilisateurs, est susceptible d’être bien accueillie…