fake news

Le responsable de la politique de la cybersécurité de Facebook a récemment déclaré avoir fait du ménage sur son réseau social. Plus de 500 pages gérées par des russes ont été supprimées. Elles diffusaient des fake news et payaient pour être visibles. Ce n’est pas la première fois que cela arrive, souvenez-vous de la dernière campagne présidentielle en France, la Russie diffusait déjà de fausses informations sur Emmanuel Macron. Ce n’est qu’après ces incidents que la France a voulu imaginer une loi pour canaliser les fake news. Cette fois-ci, les pages ciblaient directement les opposants de la Russie, notamment l’Ukraine, et tentaient d’influencer l’opinion avec de fausses informations. Les pages russes n’hésitaient pas à booster les contenus de leurs pages pour les faire apparaître dans le fil d’actualité des pays baltes, en Asie centrale, dans le Caucase, en Ukraine, mais aussi en Europe. Concrètement, ces pages tentaient d’imiter des personnalités politiques…

Les fake news sont de plus en plus nombreuses à travers le monde et nous savons désormais que les robots n’ont besoin que de quelques secondes pour les diffuser. Hier matin, Twitter et Facebook ont annoncé qu’ils avaient supprimés un total de 30 comptes qui tentaient de diffuser de fausses informations au Bangladesh, 10 jours avant les élections législatives. Le plus inquiétant est que d’après les deux réseaux sociaux, tous les comptes supprimés avaient un lien direct avec le gouvernement. Dans un billet sur son blog, Facebook a d’abord déclaré qu’il avait été alerté par de faux articles. Les pages en question ont vraisemblablement été conçues pour ressembler à des médias et ont affiché du contenu pro-gouvernemental et anti-opposition. Voici ce qu’a déclaré Twitter à propos des comptes supprimés : « en collaboration avec nos pairs de l’industrie médiatique, nous avons identifié et suspendu un très petit nombre de comptes provenant du…

Facebook a annoncé dans un rapport, avoir supprimé plus d’1,5 milliard de faux comptes entre Avril et Septembre 2018. On peut d’ailleurs retrouver dans ce communiqué publié ce jour, les détails du traitement de sept thématiques considérées comme contraire au réseau social. Parmi lesquelles la pornographie, les discours haineux, la propagande terroriste, les comptes usurpateurs, les spams, la pédopornographie, ou encore le harcèlement. La firme de Mark Zuckerberg s’est ainsi attelée à supprimer plus de 800 millions de faux comptes au second trimestre 2018 et 754 millions de faux comptes au troisième trimestre de cette même année. Cette grande opération a principalement été réalisée grâce à un système d’intelligence artificielle. La plupart de ces faux comptes supprimés seraient liés à des attaques de spam à visée commerciale. Les pirates créent ainsi de manière automatique un grand nombre de faux comptes, et ce à l’aide de scripts ou de robots. Tout cela évidemment dans l’intention…

Suite à la vague de Face Swapping de ce début d’année, une nouvelle intelligence artificielle d’un projet appelé deep video portraits suscite la curiosité et alarme les médias. Créé à l’origine pour l’industrie du cinéma, les deep video portraits sont réalisés grâce à une intelligence artificielle capable de copier les expressions faciales des acteurs en tout point. Afin de se protéger de certaines dérives, la plateforme PornHub avait été obligée d’interdire les vidéos pornographiques crées avec cette technique. Bien souvent, des personnes appliquaient le visage d’une célébrité à celui d’une actrice. Sur un plan médiatique plus large, il existe des vidéos de Barack Obama plus vraies que natures créent avec cette technique, et que l’on appelle deep fake. Ici, cette nouvelle intelligence est issue d’une collaboration entre plusieurs scientifiques américains et allemands dirigée par le Max Planck Institute for Informatics, a été présentée officiellement lors d’une conférence du SIGGRAPH le 16…

Dans un article de blog, WhatsApp a annoncé limiter la fonctionnalité « transférer un message » afin de lutter contre les fake news et les spams. Concrètement, à partir d’aujourd’hui il n’est possible de transférer un message, une photo ou autre contenu qu’à 20 contacts en même temps. Dans certains pays, cette limite descend même jusqu’à 5 contacts, notamment en Inde. WhatsApp ajoute à ce sujet : « en Inde – où les gens transmettent plus de messages, de photos et de vidéos dans le monde – nous serons en mesure de vérifier le message. » De plus, le raccourci permettant de transférer rapidement images et vidéos à d’autres personnes est d’ailleurs en train d’être supprimé en Inde. Cette limite a pour objectif de « maintenir WhatsApp tel qu’il a été conçu : une application de messagerie privée ». Cette annonce fait suite à divers incidents ayant eu lieu en Inde, comme…

Twitter est en lutte permanente contre les bots et faux comptes. Soit ils sont utilisés pour faire du spam, soit pour déployer des fake news. Dans tous les cas, leur maîtrise représente un enjeu de taille pour protéger les utilisateurs du réseau social. Cela fait longtemps que Twitter a lancé une guerre contre les mauvaises utilisations de sa plateforme. Dans un premier temps, la société s’est concentrée sur les discours haineux, racistes, homophobes, etc. En août 2016, on apprenait que le réseau social avait déjà suspendu plus de 350 000 comptes liés au terrorisme. Aujourd’hui, l’oiseau bleu s’attaque à une forme plus soft, mais tout aussi pénalisante de son utilisation : les faux comptes. Ils sont mis à contribution pour servir des objectifs très divers, même si très souvent, c’est pour partager des fausses informations. D’après un article publié par le Washington Post, Twitter a supprimé plus de 70 millions…

Toujours avec l’objectif de réduire les bots, les trolls et surtout avec l’intention de proposer des informations crédibles et de qualité, Twitter vient d’annoncer qu’il demanderait à chaque nouveaux utilisateurs de confirmer leur compte via email ou par téléphone. Starting today, you can use a security key for login verification when you sign in to https://t.co/I6k1ntZlAv.https://t.co/Cu3PUyBsxz — Twitter Safety (@TwitterSafety) 26 juin 2018 L’entreprise explique : « nous travaillerons en étroite collaboration avec notre Trust & Safety Council et d’autres ONG expertes pour veiller à ce que ce changement ne nuise pas aux personnes dans un environnement à haut risque où l’anonymat est important. » Cette nouveauté sera déployée plus tard dans l’année et les comptes existants ne seront pas impactés. Dans un article de blog, l’entreprise présente les progrès qu’elle a déjà fait, notamment via ses outils de machine learning permettant de repérer les comptes automatisés et ainsi ne…

Send this to a friend