ethereum

Nous avons d’un côté la blockchain qui existe depuis un peu plus de 10 ans officiellement avec l’anniversaire le 3 janvier dernier de Bitcoin, la première d’entre toutes les technologies de chaîne de blocs. Et de l’autre côté le RGPD (Règlement général sur la protection des données) qui est applicable depuis le 25 novembre 2018 à tous les pays de l’union européenne et à tous ceux qui manipulent des données personnelles de ressortissants européens. Cette règlementation a clairement rebattu les cartes des sociétés qui collectent et traitent des données personnelles pour faire leur business, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) en particulier, il n’y a qu’à voir la dernière amende de 50 millions d’euros infligée par la CNIL à Google pour non-respect du RGPD. Ces derniers mois on a vu beaucoup de contradiction émerger autour de l’incompatibilité de la blockchain avec les contraintes fixées par le RGPD. Pourtant…

Ces derniers mois les termes « cryptomonnaies », « blockchain», « bitcoin » ou encore « etherum » sont devenus de plus en plus commun. Pour surfer sur cette tendance et démocratiser l’usage de ces cryptomonnaies, un groupe pop japonais « Kasotsuka Shojo » (littéralement : les filles des devises virtuelles) a été crée par Cinderella Academy, une société de production qui gère d’autres groupes populaires au Japon. #仮想通貨少女 今日もダンスや歌や、お勉強📖✍いっぱい覚えることあって難しいけど楽しい♪( ᇂ ω ᇂ و(و "簡単にわかりやすく説明出来るようにもっと勉強しよ💪🔥🔥ヽ(´・ω・`ヽ)もう少しまっててね✨ #ETH #イーサリアム pic.twitter.com/7ikapDrqhE— 天羽あみ★星座百景☆青銅 (@amoami_ami) 8 janvier 2018 Ce girls band est composé de 8 jeunes filles âgées de 15 à 22 ans. Chacune d’entre elles représente une monnaie virtuelle : la cheffe Rara Naruse incarne le bitcoin, Suzuka Minami le neo ou encore Hinata Kozuki le ripple. Pour identifier les différentes monnaies, chacune des filles portent un masque avec le logo d’une cryptomonnaie. Leur costume s’accompagne d’un déguisement de soubrette, assez populaire dans l’univers…

L’ancien chef de la direction de Barclays a averti que les banques pourraient être confrontées à leur propre ‘moment de Kodak ‘. Si elles ne parviennent pas à suivre le rythme des technologies, elles risquent de tomber dans la non-pertinence. Le moment Kodak. Le ‘moment Kodak’ est, rappelez-vous, cette entreprise américaine leader mondial de la photographie. En 1976, elle avait créé l’appareil photo numérique, mais pourquoi diable les gens voudront regarder leurs photos sur leur télévision ? Ne trouvant pas de réponse pertinente à l’époque, Kodak a tout fait pour étouffer cette découverte. Ce qui vaudra leur faillite trente ans plus tard ! Antony Jenkins, qui était le chef de la direction du groupe de Barclays de 2012 jusqu’à 2015, a déclaré que les opportunités produites par les technologies numérique telles que la blockchain pourraient entraîner des économies d’efficacité entre 80 à 110 milliards de dollars. Il a également prévenu que les banques qui…

En mars 2017, l’entreprise suédoise Spotify rassemblait 50 millions d’abonnés sur sa plateforme de streaming musical. Créée en 2006, Spotify réussit pour le moment à tenir contre la concurrence de plus en plus forte sur le marché, à l’exemple de Deezer, Google Play ou encore Apple Music. Cependant, le service a un point faible assez gênant qui peut lui faire perdre beaucoup d’argent… Les droits d’auteurs. En mars dernier, Spotify a du régler plus de 20 millions de dollars. Pour prendre le problème par la racine, le service a décidé d’acquérir l’entreprise Mediachain afin d’utiliser la blockchain à son avantage. Mediachain est une startup américaine qui recourt à la blockchain pour la gestion de droits d’auteurs dans les contenus numériques. L’entreprise a entre autres mis en place un moteur de recherche d’images qui est chargé d’attribuer les photos à leurs auteurs. L’objectif de ce rachat est d’utiliser la blockchain Ethereum…

Send this to a friend