Amnesty International

Amnesty International s’attaque à la responsabilité de twitter dans le harcèlement des femmes. Menaces de mort ou de viol, propos sexistes, racistes, transphobes ou homophobes… Dans une enquête de 77 pages, menée pendant seize mois, l’organisation pointe du doigt les faiblesses du réseau social, à prévenir les contenus hostiles envers les femmes. Amnesty International déplore le manque de mesures de la part de Twitter et l’enjoint à prendre des actions rapides. Dans ce rapport, Amesty International a mené plusieurs enquêtes quantitatives et qualitatives, comprenant des entretiens avec 86 femmes publiques (personnalités politiques, journalistes, activistes, blogueuses, écrivains…). L’expérience révèle que si toutes les femmes sont susceptibles d’être victimes de tweets toxiques, les plus prises pour cible sont celles qui expriment clairement leur opinion en raison de leur engagement militant ou de leur profession. L’organisation s’inquiète aussi de l’acharnement spécifique dont sont victimes les femmes faisant partie d’une minorité. « L’étude souligne l’expérience particulière…

Send this to a friend