Nathan Le Gohlisse, Author at Siècle Digital - Page 2 of 2

Nathan Le Gohlisse

500 millions d’euros, c’est la somme qu’Apple versera au Ministère français de l’Economie et des Finances pour régler à l’amiable le différend qui les opposait depuis plusieurs années. Était notamment reproché à Apple d’amoindrir la portée de ses activités en France en vue d’alléger sa facture fiscale, rappelle l’Express. Cet accord permet à Apple et Bercy d’éviter une joute juridique dont l’issue s’avérait incertaine. Comme le rappellent nos camarades de Numerama, en 2017, face au fisc français, Google avait obtenu gain de cause en passant devant les tribunaux. La firme de Mountain View s’était alors épargnée les conséquences fâcheuses d’un redressement fiscal particulièrement important, dont le montant total s’élevait alors à près d’un milliards d’euros. Bercy préfère donc cette fois l’approche diplomatique à l’affrontement judiciaire. L’idée étant de s’assurer une rentrée d’argent potentiellement plus faible que prévue, certes, mais une rentrée d’argent quand même. Négocier : la solution privilégiée par Apple en…

Dans le cadre d’une conférence tenue mardi, Florence Parly, Ministre française de la Défense, a annoncé la mise en place fin février d’un programme de « Bug Bounty ». Centré sur l’Armée, ce dernier a pour objectif de laisser à des « hackeurs éthiques », membres de la Réserve de Cyberdéfense, le soin de déceler bugs, erreurs de conception et autres failles présents dans les systèmes de la Défense. Principe de « Bug Bounty » oblige, une prime, dont le montant est proportionnel à l’importance de l’anomalie repérée, sera versée aux hackers à l’origine de découvertes permettant d’améliorer la sécurité des logiciels utilisés par l’Armée. Un protocole très stricte encadre par ailleurs le versement de ces récompenses, tandis que les défaillances découvertes, elles, ne peuvent être dévoilées qu’après le déploiement d’un correctif adapté. Comme détaillé par nos confrères de Numerama, cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un accord signé entre le Commandement de Cyberdéfense et la plateforme privée Yes…

Le torchon brûle depuis des mois entre Apple et Qualcomm. Tandis que la marque à la pomme annonçait dernièrement qu’un procès en bonne et due forme serait inévitable pour régler ses désaccords avec le fondeur californien, Qualcomm s’est pour sa part attaché à compliquer autant que possible la vie d’Apple en Chine (et plus marginalement en Allemagne) sur les dernières semaines de l’année 2018, en tentant d’y faire interdire un maximum d’iPhone à la vente. Dans ces conditions, autant dire que les informations retransmises en début de semaine par Cnet US (via The Verge) ne se montrent pas des plus surprenantes. Ce lundi, le média spécialisé américain relayait les dires de Jeff Williams (Chief Operating Officer d’Apple), amené à témoigner devant la Federal Trade Commission dans le cadre d’un procès justement intenté par Apple à Qualcomm. L’intéressé expliquait notamment à la cour que Qualcomm aurait purement et simplement refusé de faire…

Send this to a friend