You searched for biométrie - Siècle Digital

biométrie

De plus en plus de compagnies aériennes et d’aéroports se tournent vers la biométrie pour faciliter et accélérer les processus de contrôle de sécurité et d’embarquement. C’est le cas de United Airlines qui vient d’annoncer son partenariat avec CLEAR afin de « faciliter les déplacements » de certains passagers, les membres du programmé de fidélité MileagePlus. Aux États-Unis, la reconnaissance faciale l’une des techniques de mesures biométriques couvrira prochainement 97% des aéroports américains. Un chiffre important qui montre le développement de cette technologie. Mais l’utilisation de la reconnaissance faciale pose problème, notamment à la vie privée. C’est pour cette raison que les membres de « Fight for Future » ont lancé un site permettant de trouver les compagnies aériennes n’utilisant pas la reconnaissance faciale, afin d’éviter d’avoir à scanner son visage. En plus du partenariat, la compagnie prend des parts dans la société La compagnie aérienne s’associe avec Clear, une entreprise qui utilise les…

C’est officiel : la reconnaissance faciale ne sera plus utilisée par défaut, pour identifier l’un de vos amis sur une photo que vous posterez à l’avenir. Depuis 2017, le réseau social est capable de deviner le nom d’une personne sur une photo. Vous l’aurez compris il n’y a rien de magique il s’agit simplement d’un outil de reconnaissance faciale. Désormais Facebook devra obtenir le consentement explicite de la part de ses utilisateurs pour activer ce paramètre. Plus de reconnaissance des visages par défaut De nombreuses plaintes ont été déposées depuis deux années déjà. C’est en grande partie pour cette raison que Facebook décide de cesser de numériser par défaut les visages, à partir des photos publiées. En revanche, le réseau social dit qu’il prévoit d’étendre l’accès à cette fonctionnalité à tous les utilisateurs, ce qui n’était pas le cas avant. Un consentement explicite sera nécessaire pour que son utilisation soit déclenchée.…

D’après le Wall Street Journal, nombreuses sont les entreprises à s’intéresser de près à la reconnaissance vocale. Depuis plusieurs années, nos doigts ou notre visage servent déjà à déverrouiller nos appareils électroniques. Demain, notre voix sera certainement notre nouvelle empreinte digitale. La reconnaissance vocale intéresse les entreprises Comme l’explique Rita Singh, chercheuse spécialisée en machine learning : « on sait depuis des siècles que la voix porte en elle quantité d’informations. Grâce à l’intelligence artificielle, on peut soutirer ces informations. La voix humaine contient des informations, liées à nos caractéristiques physiques, physiologiques, démographiques, médicales, et environnementales. Elle pourrait devenir une empreinte digitale très performante dans un monde où la cybersécurité est de mise ». Concrètement, chaque voix pourrait être transformée en code-barres. Chaque façon de parler est différente, la manière dont nous posons notre voix, dont nous prononçons certaines syllabes est propre à chacun d’entre nous. La police pourrait également se servir…

Après la reconnaissance faciale et l’identification biométrique, un laser capable de nous identifier grâce aux battements de notre cœur ? Cela sera certainement le cas d’ici quelques années. En effet, le Pentagone vient de mettre à jour un laser intelligent, capable de savoir précisément qui nous sommes, en détenant les battements de notre cœur. Chaque humain a son propre rythme cardiaque La technologie ne cesse de progresser, et la question est : « saura-t-on réellement en faire bon usage ? ». Depuis peu, un outil protège de la reconnaissance faciale, dans les aéroports. Preuve des limites que devront subir les technologies d’identification, qui envahissent nos vies, depuis quelques années. Cela n’empêche pas le Pentagone de continuer à innover : comme l’explique le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’organisation américaine vient de mettre au point un laser capable d’identifier les personnes à distance, uniquement grâce aux battements de leur cœur. Plus précisément, ce laser…

Récemment, les grands investisseurs du géant américain, Amazon, votaient pour décider des nouvelles directions à prendre, dans l’objectif de faire prendre une ligne progressiste à leur entreprise. Pourtant cela ne s’est pas passé comme prévu. En effet, le conseil d’administration d’Amazon a recommandé à ses actionnaires de rejeter toutes les mesures proposées. Conclusion : la vente des technologiques liées à la reconnaissance faciale ne sera pas limitée et Amazon ne produira pas de rapport pour justifier son empreinte carbone et montrer la manière dont elle s’attaque au réchauffement climatique. Alors qu’il y a quelques jours, Amazon disait qu’il risquait de supprimer de nombreux emplois en introduisant plus de machines dans ses entrepôts, une autre affaire agite la sphère médiatique américaine. Les grands actionnaires du groupe se réunissaient récemment pour décider de l’avenir de la société. Plusieurs grandes décisions ont été prises et malheureusement, elles ne vont pas dans le bon…

Tout juste commercialisé, le nouveau Samsung Galaxy S10 a déjà été piégé par un internaute. Ce dernier a tout bonnement imprimé en 3D sur une plaque en résine une empreinte digitale pour déverrouiller le smartphone. Notons d’ailleurs que cette pratique est également réalisable pour tromper la technologie Face ID, avec des têtes imprimées en 3D. L’internaute, nommé Darkshark a prouvé que la nouvelle technologie mise en place par Samsung via des capteurs à ultrasons n’est pas bien plus fiable que celle utilisée auparavant par la firme. Pour procéder, Darkshark a pris en photo avec un smartphone l’empreinte digitale d’une propriétaire du S10 sur un verre de vin. Grâce à un logiciel de retouche de photo, il est parvenu à augmenter les contrastes pour en créer une sorte de calque transparent en relief. Enfin, via une imprimante 3D, il l’a imprimé sur une plaque en résine, qui lui suffisait de poser…

La DISA (Defense Information Systems Agency) du Pentagone travaille sur un nouveau système de reconnaissance biométrique grand public : votre gestuelle. Elle discute avec les fabricants de puces et de smartphones pour le commercialiser. Par conséquent, la reconnaissance gestuelle pourrait devenir un moyen de déverrouiller votre téléphone dès 2020, selon un article du Washington Post paru lundi. Le système de reconnaissance est déjà testé en interne Actuellement, 50 téléphones servent à tester ce nouveau système biométrique au ministère de la défense américain. En ce qui concerne les premiers tests sur des smartphones de la société civile, on ignore même jusqu’aux entreprises qui sont engagées dans le projet. Officiellement, les fabricants de puces et de smartphones n’ont aucune obligation d’adopter les dispositifs nécessaires à cette technologie. Pour autant, M. Wallace, l’un des scientifiques de la DISA, affirme que le système sera disponible « sur la majorité des téléphones ». Une technologie…