You searched for biométrie - Siècle Digital

biométrie

Le 29 octobre 2019 marquera le 50e anniversaire de la toute première transmission réalisée sur l’ARPANET, ancêtre de notre Internet actuel, en 1969. A l’aube de cette échéance, les controverses concernant la protection de la vie privée et la sécurité en ligne abondent. Bien que le problème de l’authentification ne soit pas nouveau, il a pris de l’importance ces dernières années, car de nombreuses atteintes très médiatisées à la protection des données ont été attribuées à la compromission d’un même type d’informations : la combinaison d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe. Le problème est aggravé par la pratique très risquée, mais relativement courante, qui consiste à stocker ces identifiants dans des bases de données centrales facilement accessibles, devenues des cibles faciles à infiltrer pour des pirates informatiques de plus en plus qualifiés. Nouvelle preuve, s’il en fallait, que les mots de passe on fait leur temps. Il y…

Le département de la sécurité intérieure des États-Unis a indiqué que désormais, la reconnaissance faciale allait être utilisée dans tous les aéroports du pays, malgré l’avertissement de Microsoft et d’Amazon. A ce jour, cette technologie est déjà efficace dans 15 aéroports et devrait atteindre les 97% d’ici quatre ans. À l’heure actuelle, les passagers sont photographiés aux portes d’embarquement.  L’image prise est comparée aux photos utilisées lors de la demande de passeport, de visa, ou des contrôles aux frontières. De cette manière, les autorités veulent pouvoir assurer la « sortie biométrique » et savoir qui rentre et qui sort du pays tout en contrôlant l’expiration des visas. Le système a déjà permis d’identifier plus de 7 000 personnes qui avaient dépassé leurs temps de visa. Ce qui en somme, ne représente rien face aux 60 000 personnes qui dépassent le leur chaque année, en sachant que cette infraction peut être passible d’une peine maximale…

Le Xinjiang est la plus grande province de Chine. Elle abrite les Ouïgours, une minorité turque dont un million de ressortissants sont détenus arbitrairement. Parmi ceux-ci, certains disparaissent mystérieusement des radars pour leur famille à l’étranger. Pourtant, comble de cette situation, la Chine a mis en place des systèmes de suivi biométrique sur cette population depuis plus d’un an. Il y’a peu, Victor Gevers, un chercheur en sécurité, a réussi à mettre en lumière les données récoltées via la divulgation de la base qui les contenait. Plongée dans une réalité terrifiante. Un cocktail de collectes de données et d’interdictions ultra-liberticides Dans tout le Xinjiang, des systèmes de suivi par reconnaissance faciale et d’alerte sont testés. Par ailleurs, le gouvernement chinois impose la collecte des données biométriques de tous les résidents âgés entre 12 et 65 ans. Il récolte aussi bien les échantillons ADN, que la voix, les empreintes digitales, et…

Et si la belle ville de Nice devenait la première ville française à se servir de la reconnaissance faciale ? Alors que des géants du web comme Google ou encore Amazon, appelaient récemment le gouvernement américain à réguler l’utilisation de cette technologie, il est fort probable qu’elle débarque en France. Le 18 février dernier, Christian Estrosi, maire de Nice a expliqué que des tests pourraient avoir lieu dans le cadre du carnaval de Nice, qui se déroule du 16 février au 2 mars 2019. Dans le cas de la ville de Nice, une expérimentation pourrait avoir lieu. Celle-ci devrait permettre d’atteindre trois objectifs principaux : l’amélioration des contrôles d’accès, la détection d’une personne « d’intérêt » au milieu d’une foule et la capacité à en retrouver une au moment du passage aux portiques de sécurité. Si cette phase de tests fonctionne correctement lors de l’évènement, il se pourrait que cette technologie s’étende au reste…

Il est actuellement quasi-inévitable d’introduire des biais dans les modèles d’apprentissage automatique, et plus généralement dans ce que nous appelons l’intelligence artificielle (IA). Surtout en matière de reconnaissance faciale. IBM compte sur une nouvelle base de données d’un million de visages dont les traits sont « plus représentatifs de ceux du monde réel ». Utilisée pour tout La reconnaissance faciale est utilisée pour tout, du déverrouillage de votre téléphone à votre porte. Elle est aussi utilisée pour évaluer votre humeur ou, plus douteux, la probabilité que vous commettiez des actes criminels. Le problème, c’est que même les meilleurs informaticiens travaillant sur le sujet échouent encore avec certains visages. Certaines couleurs de peau ou certains âges conduisent encore à des bugs désagréables. Une étude de 2012 montrait ainsi que les algorithmes de reconnaissance faciale du fournisseur, Cognitec, avaient 5 à 10% de performance en moins sur les Afro-américains que sur les visages « caucasiens ».…

Il y’a peu, le média XDA-developers a découvert une version prototype d’Android Q. Après nous avoir appris que celui-ci devrait inclure un dark mode et une version bureau, c’est une nouvelle supplémentaire qu’il fait émerger. Google prévoirait d’ajouter un système de reconnaissance faciale au système d’exploitation. Une fonctionnalité qu’on retrouve aussi chez Apple, mais en moins évoluée. C’est fait. Alors que les fabricants de téléphones Android devaient jusqu’à présent utiliser des moyens détournés pour intégrer la reconnaissance faciale sur leurs appareils, les choses devraient se faciliter. Plus besoin de concevoir sa propre solution sécurisée. Les membres de XDA developers ont découvert dans le code de Android Q ce qui semble être un logiciel natif de reconnaissance faciale. À la différence de Face ID, il ne devrait pas servir qu’au déverrouillage du smartphone. Il semble être conçu également pour des fins de paiement et de connexion sur les applications. Quoi qu’il…

Google a obtenu aujourd’hui l’autorisation de la commission fédérale des communications (FCC) pour développer davantage sa nouvelle technologie de reconnaissance gestuelle. Comme le relate TechCrunch, les progrès de cette innovation étaient jusqu’alors ralentis par les risques supposés d’interférences sur les autres appareils qu’on lui attribuait. L’autorisation obtenue aujourd’hui par Google marquera peut-être un tournant considérable dans l’histoire des technologies tactiles. En effet, le système de capture de mouvements basé sur un radar de Google pourrait se révéler bien plus efficace que ces dernières et entraîner leur disparition. Cette technologie, connue sous le nom de Projet Soli, était développée par le GAFA depuis 2015. En quelques années, Soli a réalisé de nombreux progrès. Il est désormais capable d’identifier avec plus de précision ce qui se passe devant lui avec un coût énergétique plus faible. Cependant, il ne pouvait pas être exploité à son plein potentiel jusqu’à présent car la pleine puissance…

Send this to a friend