IBM

Alors que l’IA avait jusque-là battu l’homme sur des domaines complexes comme le jeu d’échecs ou le très technique Dota 2, elle ne semble pas infaillible. Lors de la conférence Think de l’entreprise IBM à San Francisco lundi dernier, un homme a triomphé d’une IA de la multinationale américaine. Miss Debater (c’est son nom), a perdu contre Harish Natarajan, un expert en débat, après 25 minutes d’échanges. Ils se sont affrontés sous les yeux de plus de 700 personnes, relate Engadget. Déroulement du débat Les deux « individus » avaient chacun 15 minutes pour se préparer à l’affrontement. S’ensuivait une déclaration de quatre minutes et un droit à revenir sur les propos de son adversaire de même durée. L’échange se concluait par deux minutes pour synthétiser son point de vue. L’auditoire était composé d’experts, comme d’éminents journalistes et de très bons étudiants en expression orale. Il n’y avait donc aucun doute…

Au CES 2019, IBM a annoncé le lancement de son premier ordinateur quantique qui sera destiné à un usage commercial. Nommé le « IBQ System One », ce dernier sera, selon les dires, le premier système quantique intégré au monde. En plus d’être doté d’un système à 20 qubits, qui est l’unité de formation quantique, cet ordinateur a été testé en laboratoire préalablement par les équipes de la firme, et sera à l’avenir l’un des plus viables jamais créé. Toutefois, il convient de souligner que ce premier ordinateur n’est qu’une première tentative. En effet, 20 qubits sont loin d’être suffisant pour toutes les utilisations que l’on envisage de faire de cet ordinateur. La firme en a bien conscience et déclare que « les systèmes sont conçus pour traiter des problèmes qui sont actuellement considérés comme trop complexes et trop exponentiels que les autres systèmes classiques ne peuvent traiter ». Preuve que ces systèmes sont évolutifs.…

Après la cuisine, IBM s’est associé avec l’un des plus grands producteurs de parfums, Symrise, pour créer des parfums à l’aide d’une l’intelligence artificielle nommée Philyra. IBM souhaite tirer profit de cette IA non pas pour remplacer les experts qui font les parfums, mais bien pour les aider à en concevoir. Philyra est une intelligence artificielle destinée à des cibles démographiques spécifiques, suivant l’âge et la région géographique. Elle se base sur les données de vente des précédentes formules créées par Symrise, soit 1,7 millions, afin de les améliorer. Avec cet atout, Phylira serait susceptible de créer le parfum parfait pour les utilisateurs. En se basant sur ces données, Phylira a été en mesure de créer deux parfums pour le géant des produits de beauté brésilien O Boticário. Pour David Apel, le nez de Symrise, la première évoquerait des senteurs de cuisine exotique, épicée, avec du fenugrec et de la cardamome.…

Le fait que le NYPD travaille sur des technologies de reconnaissance faciale n’est pas nouveau. D’une manière générale, beaucoup de services de police souhaitent se doter de ce type de techniques. Logique, quand on connaît leur capacité à identifier une personne en particulier dans une foule. Cependant, les desseins de certaines associations peuvent être assez déroutants. C’est le cas pour un travail entre le NYPD et IBM. La société de technologie a eu accès à des milliers d’images prises depuis un peu moins de 50 caméras de la ville de New York. Le premier problème, c’est qu’aucune annonce publique n’a été effectuée. Le second et dernier problème, c’est qu’IBM a utilisé ces images dans le but de créer un système de reconnaissance faciale avec une fonctionnalité de recherche par couleur de peau. Si ce point fait débat, la solution propose aussi des paramètres par couleur de cheveux, pilosité faciale, ou…

IBM a officiellement annoncé la prolongation, pour une année de plus, de son partenariat avec le département américain des Anciens Combattants . Celui-ci permet aux oncologues ainsi qu’aux pathologistes d’améliorer la prise en charge des soldats atteints d’un cancer de stade 4 grâce à l’utilisation de l’IA Watson. Tout a commencé en 2016, lorsque le Ministère des Anciens Combattants américain et IBM se sont associés dans le cadre du programme de lutte contre le cancer que Joe Biden, alors vice-président, a initié. L’objectif de ce partenariat consistait alors à utiliser la plateforme informatique cognitive de Watson pour aider le département d’oncologie de précision, dédié aux vétérans, à fournir des plans de traitement individualisés. Rien ne devrait changer quant à la stratégie mise en place par le corps médical : les médecins spécialisés commencent par séquencer l’ADN de la tumeur, puis ils utilisent l’IA Watson pour interpréter les données et identifier les…

Après s’être appuyé sur la blockchain pour développer TrustChain, IBM travaillerait activement sur un projet de puces qui pourraient révolutionner l’IA. En effet, le géant américain tente de prouver que l’implantation d’un réseau de neurones, directement dans du silicium, peut le rendre 100 fois plus efficace. Que sait-on de ces puces qui pourraient révolutionner l’IA ? Selon le MIT Technology Review, IBM se serait inspiré du fonctionnement du cerveau humain pour créer des puces qui pourraient révolutionner l’IA. Comme le feraient des synapses en se connectant les unes aux autres pour transférer des informations, qui permettent de nouveaux apprentissages, les réseaux neuronaux artificiels communiquent en eux. Cela ressemble à s’y méprendre au fonctionnement d’un logiciel sauf qu’ici, le composant principal est matériel. L’équipe de chercheurs, qui œuvrent chez IBM, n’a pu tester qu’un réseau de neurones, construit à partir des composants, capables de réaliser deux tâches simples de reconnaissance d’image, mais…

IBM nous montre une nouvelle fois qu’elle est bien une des entreprises les plus innovantes du monde. Pendant sa conférence Think 2018, un objet d’un nouveau genre a été présenté au public : le plus petit ordinateur du monde. Il a été pensé pour être utilisé dans des systèmes dédiés à la blockchain. Plus petit qu’un grain de sable, ses dimensions tiennent sur une zone d’un millimètre sur un millimètre. Plus impressionnant encore, il coûterait moins de 10 centimes à fabriquer. Dans son fonctionnement, ce petit ordinateur a un processeur de quelques centaines de milliers de transistors, des cellules photovoltaïques afin de s’alimenter en électricité, et embarque de la SRAM. Avec cet ordinateur, IBM déclare qu’il est autant, voir plus puissant qu’un PC des années 90. La société précise également qu’il pourrait faire tourner la première version du jeu Doom … bien que ça ne soit pas sa finalité. Ces…

Send this to a friend