You searched for IBM - Siècle Digital

IBM

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle couvre à peu près tous les domaines. Le sport en fait évidement partie. La preuve avec Coach Advisor. Ce nouvel outil d’intelligence artificielle développé par des chercheurs d’IBM permet d’analyser de manière extrêmement précise, les performances des professionnels de tennis. Déterminer le lien entre l’effort produit et les performances Imaginé en collaboration avec l’USTA (United States Tennis Association), Coach Advisor promet de fournir une aide précieuse aux coachs sportifs dans le monde du tennis. En effet, cet outil permet de quantifier l’endurance et l’effort physique produits par le joueur pendant une séance (entraînement ou match), dans le but d’établir une corrélation avec ses performances. IBM explique que son outil utilise le système énergétique comme unité de mesure. Concrètement, il s’agit de mesurer la charge physiologique et l’intensité mécanique du joueur pour pouvoir évaluer précisément l’effort produit. Évidement, Coach Advisor tient compte du poids et de la taille du…

Le département de recherche sur l’intelligence artificielle d’IBM vient de mettre au point un nouveau modèle d’IA, capable de détecter le cancer du sein avec 87% de précision. L’intelligence artificielle peut prédire son apparition 1 an avant qu’il ne survienne. L’IA et la santé Déjà en 2017, IBM créait Watson, une intelligence artificielle capable d’analyser différents types de cancers, dont celui du poumon, puis de proposer aux patients un plan de traitement personnalisé. Plus la machine apprend, plus elle est capable d’analyser les spécificités de chaque maladie et de s’améliorer. Des études sont parvenues à l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) et mettent en valeur la précision de cette intelligence artificielle : concernant un cancer du poumon, Watson est d’accord à 96% avec les médecins, 93% pour un cancer du rectum et 81% pour le cancer du colon. Le deuxième œil Aujourd’hui, l’entreprise américaine s’intéresse de plus près au cancer…

Il est actuellement quasi-inévitable d’introduire des biais dans les modèles d’apprentissage automatique, et plus généralement dans ce que nous appelons l’intelligence artificielle (IA). Surtout en matière de reconnaissance faciale. IBM compte sur une nouvelle base de données d’un million de visages dont les traits sont « plus représentatifs de ceux du monde réel ». Utilisée pour tout La reconnaissance faciale est utilisée pour tout, du déverrouillage de votre téléphone à votre porte. Elle est aussi utilisée pour évaluer votre humeur ou, plus douteux, la probabilité que vous commettiez des actes criminels. Le problème, c’est que même les meilleurs informaticiens travaillant sur le sujet échouent encore avec certains visages. Certaines couleurs de peau ou certains âges conduisent encore à des bugs désagréables. Une étude de 2012 montrait ainsi que les algorithmes de reconnaissance faciale du fournisseur, Cognitec, avaient 5 à 10% de performance en moins sur les Afro-américains que sur les visages « caucasiens ».…

Une équipe dédiée à ces recherches appartenant au département d’IBM Research a récemment mis au point une nouvelle technique pour contrôler le magnétisme d’un seul atome de cuivre. Le média VentureBeat précise que cette découverte va permettre à un noyau atomique individuel de stocker et de traiter des informations. Les deux scientifiques à l’origine de cette découverte se nomment Christopher Lutz et Kai Yang. Ils précisent dans un article publié sur le blog d’IBM qu’il peuvent désormais entrer en contact avec le cœur d’un atome de cuivre. On peut se demander à quoi tout cela pourrait nous être utile ? Concrètement, cette percée dans le contrôle du magnétisme d’un noyau pourrait un jour permettre de développer des dispositifs de mémoire magnétique extrêmement petits. C’est la première fois que la RMN (Nuclear Magnetic Resonance) est réalisée à l’aide d’un microscope à effet tunnel. Ce processus est également un outil essentiel pour déterminer la structure…

Acquisition record chez IBM. L’entreprise a annoncé dans un communiqué le rachat Red Hat, numéro un de l’open source, pour 34 milliards de dollars. Il s’agit du rachat le plus coûteux pour IBM et de la troisième plus importante acquisition dans le secteur des nouvelles technologies outre atlantique. Avec cette acquisition, IBM souhaite continuer à développer sa présence sur le marché très lucratif du cloud. À l’image de Microsoft, qui, grâce à une stratégie tournée sur cette activité vient de réaliser de très bon résultats financiers. « Le rachat de Red Hat est un tournant. Cela change tout à propos du marché du cloud […] IBM va devenir le premier fournisseur mondial du cloud hybride, » affirme Ginni Rometty, la PDG de l’entreprise. Selon IBM, son chiffre d’affaires, sa marge brut, et son taux de profitabilité devraient augmenter cette année suite à ce rachat. Toutes ces attentes expliquent la somme astronomique déboursée…

Au mois de décembre, Theophile Gaudin et Philippe Schwaller, deux chercheurs au sein de IBM Research avaient élaboré, avec d’autres partenaires, une intelligence artificielle capable de prédire des réactions chimiques. Non content d’avoir créé un système qui pourrait révolutionner de nombreux secteurs, IBM a rendu cette IA accessible librement depuis une application sur internet : IBM RXN for Chemistry. Pour réussir cette prouesse, les chercheurs ont appréhendé la chimie comme une langue. Les séries de données que pouvait posséder IBM sur le langage avaient des similarités avec celles sur la chimie organique. En effet, « un groupe fonctionnel d’un côté d’une molécule peut influencer sa réactivité tout comme un mot d’une phrase peut influencer son sens. Si on change un atome dans une molécule, elle n’aura plus la même réactivité. L’équivalent dans une langue ce serait la négation, » nous avait précisé Theophile Gaudin. Pour le reste, il aura fallu…

Alors que le site Groupon est à la recherche d’un repreneur, IBM accuse l’entreprise d’utiliser certains brevets sans son autorisation. Le lundi 16 juillet, l’avocat d’International Business Machines, John Desmarais a déclaré devant un jury du tribunal fédéral que Groupon enfreignait des brevets que Amazon ou Facebook ont achetés entre 20 et 50 millions de dollars. De son côté, le site web les utiliserait de manière gratuite, et surtout, sans autorisation préalable. Il ajoute également : « la plupart des grandes entreprises ont pris des licences pour ce brevet, Groupon ne l’a pas fait et refuse de prendre la responsabilité de la technologie qu’il utilise ». Dans les prochains jours, un cadre d’IBM devrait témoigner sur les accords de licence avec les entreprises comme Amazon, Google ou Facebook. L’occasion d’avoir un aperçu sur la manière dont l’entreprise travaille sur la commercialisation de ses brevets. IBM investit énormément dans la recherche et…