Sur la base de son intelligence artificielle Llama 2, Meta a présenté le 24 août, Code Llama. Comme son nom le suggère, il s’agit d’un grand modèle de langage (LLM) spécialisé dans l’assistance à l’écriture de code. Il est disponible gratuitement et en open source.

Le codage a porté d’IA

Les promesses de Code Llama sont multiples : suggérer des lignes de codes à partir de langage naturel, compléter un code ou encore en identifier les bugs et les corriger. L’IA prend en charge les langages de code les plus populaires comme Python, Java, C++… Étant en open source, les entreprises ou autres organisations pourront s’en saisir et l’adapter à ses besoins.

Pour Meta, Code Llama « a le potentiel de rendre le processus de travail plus rapide et plus efficace pour les développeurs et de réduire les barrières à l’entrée pour les personnes qui apprennent à coder ».

Le grand modèle de langage se déploie en plusieurs variantes. D’une part avec trois niveaux de performance, pour s’adapter aux besoins de service et de latence. D’autre part, avec des spécialités adaptées aux différents usages.

Code Llama – Python est, comme son nom l’indique, spécialisé dans ce type de code. L’entreprise explique cette variante « Parce que Python est le langage le plus référencé pour la génération de code » et qu’il joue « un rôle important dans la communauté de l’IA ». L’autre variante est Code Llama Instruct, plus performant pour répondre aux prompts en langage naturel.

visualisation Code Llama

Exemple d’utilisation de Code Llama. Image : Meta

Meta assure faire mieux avec Llama 2

Meta affirme que son modèle est le plus performant disponible en open source. La précision est importante, car GPT 4 d’Open AI semble donner de meilleurs résultats, mais n’est pas totalement gratuit et disponible. Il n’a pas non plus été comparé à ses concurrents Copilot développé par GitHub et OpenAI, dans la tourmente pour des questions de droit d’auteur. Ni à CodeWhisperer, d’Amazon Web Services. Google, de son côté, prépare la sortie d’AlphaCode.

La société de Mark Zuckerberg a également assuré avoir considéré la question de la sécurité. Les grands modèles de langage spécialisés sont perçus comme un danger pour faciliter l’accès aux cybercriminels à des codes malveillants. Une Red Team a pu éprouver les sécurités de Code Llama pour tenter de lui faire écrire des lignes qu’il n’est pas censé pouvoir. Meta assure que son IA a montré de meilleurs résultats que ChatGPT dans sa version la plus accessible, 3.5 Turbo.