Selon le média Politico, l’Union européenne s’apprête à engager des poursuites antitrust à l’encontre de Microsoft. Celles-ci ciblent le service de messagerie professionnelle Microsoft Teams, que la firme de Redmond intègre à sa suite de logiciels Office.

Tout a commencé par une plainte de Slack en 2020

En 2020, alors que les messageries professionnelles connaissent un boom sans précédent suite à la pandémie de Covid-19, Slack déposait une plainte contre Microsoft Teams en Europe. Selon Slack, le fait de lier Teams à Office 365 est en effet un abus de position dominante de la part de Microsoft, puisque cela force les entreprises s’en servant à l’utiliser au détriment d’autres messageries.

En outre, le géant américain empêcherait les entreprises de supprimer Teams et gênerait la compatibilité de l’outil avec d’autres dispositifs en dehors de son écosystème. Slack exigeait alors que Microsoft propose Teams en tant que logiciel indépendant.

Ces dernières semaines, la Commission européenne a envoyé des demandes auprès des concurrents et clients de Microsoft concernant les preuves qu’elle souhaite exploiter dans ses poursuites. Cette démarche est le signe qu’elle s’apprête à agir en envoyant une communication des griefs à la firme de Redmond. Lors des poursuites antitrust menées par l’UE, cette étape est préalable à toute sanction, et « donne aux entreprises et associations d’entreprises visées par la procédure […] l’occasion de faire connaître leur point de vue au sujet des griefs retenus ».

Un ordinateur connecté à la téléphonie d'une personne via Teams

Image : Microsoft.

Le vent est-il en train de tourner en défaveur de Microsoft ?

Depuis plusieurs années, Microsoft fait figure de bon élève en comparaison aux autres GAFAM qui sont régulièrement accusés de pratiques illégales, que ce soit en Europe, aux États-Unis ou même en Asie. Cependant, depuis l’annonce de son rachat d’Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars, l’entreprise est la cible des régulateurs qui jugent cette acquisition anticoncurrentielle dans le domaine du gaming.

Tandis que la Federal Trade Commission (FTC) a entamé une procédure pour la bloquer, l’Union européenne chercherait elle aussi à en savoir davantage sur ses contours. Dans les années 90 et 2000, Microsoft a fait l’objet d’une importante inculpation aux États-Unis pour son monopole dans le secteur des ordinateurs de bureau. Après de longues années de bataille judiciaire, la société a perdu le procès et a dû se plier aux exigences du gouvernement. Depuis, elle agit sans trop faire de vagues, mais il semblerait bel et bien que le vent soit à nouveau en train de tourner.