Waymo, l’entreprise d’Alphabet spécialisée dans la conduite autonome, est elle aussi affectée par une vague de licenciements. Si cela est le fruit de la crise multifactorielle qui touche l’industrie de la tech, c’est également la conséquence des difficultés rencontrées par ce secteur spécifique.

Waymo Via serait particulièrement affecté

Après un immense boom durant la pandémie de Covid-19, les entreprises de la tech doivent désormais faire face à une importante récession économique, ainsi qu’à d’autres difficultés comme la guerre en Ukraine et les problèmes d’approvisionnement en Chine. Pour cette raison, de nombreuses vagues de licenciements se produisent dans l’ensemble du secteur de la tech, et les géants ne sont pas épargnés.

La semaine dernière, Google annonçait ainsi le départ de 6 % de sa main-d’œuvre, soit près de 12 000 personnes. Selon TechCrunch, les employés de Waymo sont eux aussi touchés. Avec 2 500 salariés, la société possède le plus gros effectif de tous les projets parallèles d’Alphabet ; elle a déclaré qu’un « nombre limité de rôles » serait affecté, mais n’a pas précisé combien exactement.

Le média rapporte en outre que la division Waymo Via, qui développe des camions de livraison autonomes, est particulièrement ciblée, à tel point que l’entreprise chercherait à y mettre un terme. Waymo a toutefois démenti ces allégations et a affirmé rester pleinement engagée à faire évoluer sa solution au fil du temps, mais que son développement était pour le moment ralenti.

D’après des publications d’anciens employés de l’entreprise sur les réseaux sociaux, les postes affectés sont très variés, allant d’ingénieurs, de recruteurs à techniciens.

Aperçu d'un camion Waymo.

Photographie : Waymo.

Se concentrer sur les taxis autonomes ?

Prenant en compte le contexte macroéconomique actuel, les licenciements chez Waymo ne sont pas surprenants, d’autant plus qu’ « Other Bets », la division d’Alphabet dans laquelle est classée l'entreprise, est l’une de celles qui ont enregistré les pertes les plus importantes lors du troisième trimestre 2022 avec 1,6 milliard de dollars.

En levant le pied sur certaines de ses activités, Waymo va pouvoir investir davantage et développer sa division de taxis autonomes, qui fait figure de principal levier pour générer des revenus. Dans ce domaine, Waymo doit en plus concurrencer Cruise, soutenue par General Motors, qui enchaîne les avancées. Actuellement, la filiale d’Alphabet propose des trajets en véhicules autonomes à San Francisco ainsi qu’à Phoenix, dans l’État de l’Arizona, où elle opère depuis 2017.

Des difficultés spécifiques au secteur de la conduite autonome

Par ailleurs, le secteur de la conduite autonome connaît des difficultés qui lui sont propres. De nombreux investisseurs sont devenus plus pessimistes quant à l'avenir des véhicules autonomes, du moins à court terme. En cause notamment, la fin d’Argo AI, start-up soutenue par Ford et Volkswagen. D’ailleurs, l'investisseur TCI a récemment appelé Sundar Pichai, PDG d’Alphabet, à freiner les dépenses en mentionnant justement la décision d’arrêter les activités d’Argo AI.

La majorité des entreprises se concentrent sur leurs activités les plus rentables et viables à long terme, alors que l’année 2023 s’annonce difficile également. La situation chez Waymo est le parfait reflet de cette tendance.