Après un début d'année difficile, Netflix s'en sort bien pour clôturer 2022. La plateforme de streaming a gagné 7,7 millions d'abonnés pour atteindre les 230 millions d'utilisateurs.

+ 7,7 millions d'abonnés pour Netflix

Pour la première fois de son histoire, Netflix a perdu des abonnés au cours du premier semestre de l'année 2022. Le 19 avril, la plateforme annonçait la perte de 200 000 abonnés. Pour enrayer cette mauvaise tendance, Netflix a lancé un abonnement avec publicité. Avec les 7,7 millions de nouveaux utilisateurs acquis, la plateforme fait beaucoup mieux que les 4,5 millions annoncés. Le groupe confirme donc avoir remonté la pente en fin d'année.

Dans une lettre dédiée aux investisseurs, Netflix explique que « le streaming ne pèse que 40 % du temps d'écran aux États-Unis et au Royaume-Uni, et Netflix représente à peine 10 %. Nous pensons qu'à la fin, la majorité du temps passé aura lieu sur les plateformes de streaming, ce qui devrait nous procurer une longue rampe de croissance alors que nous continuons à améliorer notre service ». Une croissance qui s'explique par le succès des nouveaux contenus.

Notamment la série « Wednesday », la quatrième saison de « Stranger Things », le documentaire « Harry and Meghan », qui est le deuxième le plus regardé dans l'histoire des productions Netflix, ou le film « Glass Onion ». Le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 4 % au cours du quatrième trimestre. Il s'élève à 31,6 milliards sur un an. Aucun chiffre n'a encore été communiqué sur les résultats de l'abonnement à tarif réduit avec publicité à 6,99 dollars aux États-Unis.

Toutefois, Netflix assure que « le prix plus bas provoque une croissance incrémentale des abonnements ». Selon la plateforme américaine, il y aurait eu très peu d'abonnés en provenance d'autres formules. Autrement dit, l'offre bas de gamme n'a vraisemblablement pas cannibalisé l'offre haut de gamme. Cependant, selon une enquête menée en décembre par la société Forrester Research, 36 % des américains veulent réduire leurs dépenses d'abonnement aux plateformes de streaming en 2023, dans un contexte de baisse du pouvoir d'achat et de risque de récession.