C’est désormais au tour de Google d'annoncer une importante vague de licenciements. Dans un courriel adressé aux employés de l’entreprise, son PDG, Sundar Pichai, regrette de « dire au revoir à des personnes incroyablement talentueuses que nous avons eu du mal à engager et avec lesquelles nous avons aimé travailler ».

L’après Covid fait financièrement mal aux géants de la tech

Inflation, économie européenne ébranlée par les coûts élevés de l'énergie et la guerre en Ukraine, perturbations d’approvisionnement en Asie, craintes des investisseurs… Le secteur de la tech est frappé de plein fouet par une crise multifactorielle qui pousse ses acteurs, même les plus importants, à complètement revoir leur feuille de route après une période de croissance exponentielle durant la pandémie.

C’est notamment le cas de Google qui connaît une période de moins bien après avoir enregistré des résultats records pendant plusieurs trimestres. Sur le troisième exercice de 2022, allant de juin à août, la firme de Mountain View a par exemple vu ses bénéfices chuter de 27 % en comparaison à la même période de l’année précédente.

Sundar Pichai s’attendant déjà à des difficultés au mois de juillet, où il annonçait des temps difficiles ainsi qu’un ralentissement des embauches. Il a ensuite décidé de geler les recrutements sur une période de deux semaines, mais cela n’aura pas suffi.

6 % de la main-d’œuvre de Google concernée

« J'ai des nouvelles difficiles à partager. Nous avons décidé de réduire nos effectifs d'environ 12 000 postes », a-t-il écrit dans un e-mail, ensuite publié en tant que billet de blog. Cela représente 6 % de la main-d’œuvre globale de Google. « Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire. Pour accompagner et alimenter cette croissance, nous avons embauché pour une réalité économique différente de celle que nous connaissons aujourd'hui », continue le PDG.

Sur les divisions affectées par ces décisions, il explique : « Nous avons entrepris un examen rigoureux dans tous les domaines et fonctions afin de nous assurer que notre personnel et nos rôles sont alignés sur nos plus grandes priorités en tant qu'entreprise. Les rôles que nous éliminons reflètent les résultats de cet examen. Ils sont répartis entre Alphabet, les domaines de produits, les fonctions, les niveaux et les régions ».

Aux États-Unis, le personnel de Google licencié va avoir droit à une indemnité de départ correspondant à 16 semaines de salaire, plus deux semaines pour chaque année supplémentaire passée chez Google, ainsi qu’à six mois de soins de santé. Ils bénéficieront en outre de leurs primes et vacances restantes de 2022. Sundar Pichai précise que les employés remerciés en dehors des États-Unis auront un soutien conforme à la législation locale.

Google veut se concentrer sur l’intelligence artificielle

Google vient donc s’ajouter à la liste conséquente de géants de la tech qui ont décidé de licencier massivement. Tandis qu’Amazon a déclaré se séparer de 18 000 personnes, soit 6 % de ses effectifs, Meta a licencié 13 % de sa main-d’œuvre, soit 11 000 employés. Microsoft devrait également faire une annonce similaire très prochainement.

Sundar Pichai a par ailleurs réaffirmé l’ambition de Google de se focaliser davantage sur l’intelligence artificielle. Si son rachat de DeepMind en 2014 lui a permis d’importantes avancées dans ce domaine, les percées significatives d’OpenAI avec ChatGPT, et son lien étroit avec sa rivale Microsoft, inquiètent la firme de Mountain View qui semble vouloir mettre les bouchées doubles pour ne pas être distancée.